Forum Blue

Forum sur les blue [lads]
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 l'amour le vrai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
stef

avatar

Nombre de messages : 338
Age : 33
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: l'amour le vrai   Sam 17 Mai - 20:38

Je quitta l’hôpital. Au moment où je passa les portes d’entrée, dans la salle d’opération où se trouvait Lee, un bruit strident se fit entendre. Le bruit d’un cœur qui cesse de battre, celui de l’arrivée de la mort. Le corps de Lee se trouvait à présent sans vie…

Dans la salle d’attente, tous étaient encore sous le choc de l’accident. Quand à moi je m’étais réfugiée là où seul je pourrais remonter le temps et retourner à l’époque où Lee et moi étions heureux. Le parc où j’avais uni mon destin à celui de Lee. Me voilà, couchée sur la banquette arrière, laissant couler les larmes que je retenais depuis trop longtemps. Je caressais doucement mon ventre. Cette petite fille allait avoir besoin de ses deux parents. Une étoile filante passa et je ferma les yeux. La lune éclairait mon visage triste.

Flash-back
J’étais dehors, sous la neige confectionnant un bonhomme de neige avec l’aide de Lee.
Lee : Stef tu ne crois pas qu’on a passé l’âge pour ça ?
Moi : Non, on reste tous des grands enfants.
Lee : Alors dans ce cas…
Lee me prit par la taille et nous rouliont dans la neige en riant aux éclats. Il prit un peu de poudreuse dans la main et en mit sur mon nez.
Moi : Je te jure si je suis malade, je te tues.
Lee (approchant son visage du mien) : Tu n’es pas gentille !
Moi : Moi ? Oh que non ! Je suis une vraie petite diablesse.
Lee : Ma diablesse.
J’acquiesça et nous nous embrassons tendrement.
Fin du flash-back

Moi (toujours les yeux fermés) : Ne me laisse pas, Lee.
Je réouvris les yeux et les leva au ciel.
Moi: Rendez le moi. Je me redressa. Vous m’entendez ? Rendez le moi immédiatement. Je resterai là, jusqu’à que vous me le rameniez. Je ne veux pas qu’il vous rejoigne. Je veux qu’il reste ici, avec moi !
… : Il sera toujours avec toi, Stef.
Je tourna la tête et reconnu les deux personnes qui s’approchaient doucement.
Moi : Duncan, comment tu m’as trouvé ?
Duncan : On te connaît par cœur, Stef.
Moi : Alors, vous avez des nouvelles ?
… : Stef…
Moi : Mary arrêtes, tu me fais peur.
Je sortis de la voiture et me mit face à eux.
Moi : Allez-y parlez.
Duncan : Euh… Stef… Lee est …
Moi (les larmes aux yeux) : Dis le bon sang !
Mary : Il est dans le coma.
Je me sentis mal et je du m’asseoir. Je respirais rapidement, mes pleurs se mélangeaient à des petits cris de terreur.
Duncan : Stef, calmes-toi. Pour le bébé.
Mary : Écoutes, les médecins ne savent pas quand il se réveillera mais il y a un espoir. Tu verras, d’ici peu, tout ira mieux. Et Lee pourra t’offrir tout ce qu’il avait acheté pour le bébé.
Moi : De quoi tu parles ?
Duncan : Les affaires du bébé. Il a acheté un berceau, une table à langer, des sacs pour les biberons, bref tout ce qu’il faut. On a tout installé dans la chambre d’ami de votre appartement, ce matin pendant que tu étais au café.
Moi : Il a fait tout ça pour moi ?
Duncan : Pour vous trois. Il voulait revenir Stef. Que vous formiez une famille à nouveau.
Moi : Je sais. Il a été un ange et moi je…
Mary : Arrête de te torturer, quand il se réveilla, vous parlerez et tout s’arrangera.
Moi : D’accord.
Duncan : Allez viens, on te ramène.
Moi : Non, je veux voir Lee.
Duncan : Stef, ce n’est pas raisonnable, dans ton état…
Moi (élevant la voix) : J’ai dit que je voulais voir Lee.
Duncan : D’accord. Mary, tu peux…
Mary : Pas de problème, viens Stef, je t’emmène.
Moi : Merci. A tout à l’heure, Duncan.
Duncan : À tout de suite.

Nous montèrent en voiture et nous allèrent en direction de l’hôpital. Duncan resta quelques instants là et leva la tête.
Duncan: Reviens Lee, on a tous besoin de toi.
Il soupira et s’en alla. Il avait besoin de son meilleur pote.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stef

avatar

Nombre de messages : 338
Age : 33
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Sam 17 Mai - 21:45

Arrivés à l’hôpital, Moi et Mary nous rendirent directement dans la chambre de Lee. Gemma et John son mari étaient à son chevet ainsi que Sheilà sa mère. Jerry le fiancé de Sheilà, lui était rentré pour me préparer une chambre. Sheilà et lui avaient décidé que je viendrais quelques temps chez eux. J’entra la première, à pas de loups, comme s’il dormait. Gemma se leva de sa chaise et me barra la route.
Gemma: Vas-t’en !
Moi: Pardon ?
Gemma: Tu m’as bien comprise, mon frère est couché dans ce lit à cause de toi.
John : Gemma !
Gemma : Non. C’est la vérité !
Moi : C’est mon mari, Gemma. Je l’aime plus que tout alors la moindre des choses est que vous me laissiez le voir et…
Je fut prise d’un vertige et m’évanouit dans les bras de Mary.
Mary : Stef ! Stef réponds ! allez chercher un médecin.
Gemma : Et elle trouve encore le moyen d’attirer l’attention sur elle.
John : Mais tu as perdu l’esprit ! Elle est enceinte Gemma ! Son mari a eu un accident de voiture, comment veux-tu qu’elle tienne le coup ?
Gemma : Je m’en vais. Tout ce cirque a assez duré.
Sheilà : Est-ce que tu t’entends ? Tout ce cirque ? John a raison, Lee et Stéfanie s’aiment et sont mariés. Si tu ne l’acceptes pas, tu n’as qu’à t’en aller, on n’a pas besoin de toi.
Mary arriva avec un médecin peu après que Gemma ait quitté la chambre. Il m’examina et ordonna à Mary de me ramener chez moi et de me mettre au lit. Il lui expliqua, qu’une femme enceinte soumise à un stress trop important pourrait faire une fausse-couche .Il fallait que je reste calme et que j’évite toutes formes de stress. Mary suivit les recommandations du médecin, et ramena me ramena chez moi. Je m’endormis presque aussitôt, épuisée par cette journée trop riche en émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tiphanie

avatar

Nombre de messages : 276
Age : 32
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Dim 18 Mai - 9:24

j aime beaucoup stef c est triste mais c est bien continue comme sa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stef

avatar

Nombre de messages : 338
Age : 33
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Dim 18 Mai - 19:28

Le lendemain matin, je me réveilla en sursaut de mon lit. J’avais fait le même cauchemar toute la nuit. Malheureusement, ce cauchemar n’en était pas un. J’avais bien vu l’homme que j’ aimait, allongé sur un lit d’hôpital, relié à des tas de machines le gardant en vie. Duncan entra à ce moment un plateau dans les mains. Il s’avança vers le lit et posa le plateau. Il s’assit et prit ma main. Je tourna la tête et repoussa le plateau.
Duncan : Il faut que tu manges.
Moi : Je n’ai pas vraiment faim.
Duncan : Ce n’est pas raisonnable.
Moi : Depuis quand le serais-je ?
Duncan : Depuis que tu es enceinte, Stéfanie. Et même avant. Tu as toujours pris soin de toi. Pourquoi tout gâcher maintenant ?
Moi : Parce qu’il ne me reste plus rien. Je suis fatiguée, Duncan. Fatiguée que toutes les personnes qui font partie de ma vie finissent sur un lit d’hôpital ou dans un cercueil. Je l’avais prévenu. Il ne m’a pas écouté et regarde où ça l’a mené. Gemma a raison, tout est de ma faute.
Je baissa la tête et des larmes inondèrent à nouveau mes joues. Duncan me saisit le menton et me força à le regarder droit dans les yeux.
Duncan : Je t’interdis de dire ça. C’était un accident. D’accord ? Il n’aurait pas pu évité cette voiture ! C’est arrivé c’est tout. Il faut faire avec, Stef. Pense à votre fille. Elle a besoin que sa mère reste en bonne santé. Elle compte sur toi. Elle a besoin de toi.
Il posa sa main sur mon ventre
Moi : Elle a aussi besoin de son père.
Duncan : Et il sera là, Stef.
Moi : Qu’est-ce que tu en sais ? Tu n’es pas médecin, à ce que je sache ! Réalisant la dureté de mes propos. Je suis désolée.
Duncan : C’est rien. Tu as le droit d’être à cran.
Moi : Oui mais pas au point de rejeter les personnes qui s’inquiètent pour moi.
Duncan : Je te pardonne mais s’il te plait, manges quelque chose. Ma nièce doit avoir faim.
Je sourie et attrapa une brioche. Duncan fier de lui sortit de la chambre en souriant. Après avoir fermé la porte, il soupira puis alla se préparer.

Moi et Duncan arrivèrent à l’hôpital un peu plus tard dans la matinée. Duncan passa juste en coup de vent, par manque de temps et aussi de courage. Voir son ami ainsi lui déchirait le cœur. Il me laissa donc seule avec un Lee inerte. Je m’assis sur le lit et lui prit la main.
Duncan : Hey. C’est moi, je ne sais pas si tu m’entends mais si c’est le cas, fais moi un signe, n’importe quoi. je baissa la tête en voyant que Lee ne réagissait pas. S’il te plait Lee, ne me laisses pas, pas comme ça. J’ai tellement de choses à te dire. J’ai besoin de toi. Serre ma main pour me montrer que tu es toujours là avec nous.
La porte s’ouvrit et Gemma entra. Je me retourna alors et vit la haine sur le visage de sa soeur.
Gemma : Qu’est-ce que tu fais là ?
Moi : Je suis venue voir Lee, c’est mon droit.
Gemma : Je ne veux pas de toi ici.
Moi : Tant pis car je restes.
Gemma se dirigea vers moi et m’empoigna le bras.
Gemma : Je t’ai dis de t’en aller.
Moi : Avec tout le respect que je te dois, je sais très bien que tu n’accepte pas mon mariage avec Lee, ni même le fait que j’attende son enfant. Mais tu semble oublier une chose, j’aime Lee du plus profond de mon cœur. Il est tout ce que j’ai. C’est lui ma famille. Et si tu n’arrive à te rentrer ça dans le crâne je ne peux rien pour toi. Certes, Lee et moi avions des problèmes, mais qui n’en a pas ? Maintenant, tu veux bien me lâcher pour je puisse continuer à parler avec mon mari en privé.
Gemma : Ne t’approche plus de mon frère.
Moi : Tu n’as pas entendu un traître mot de ce que je viens de dire, n’est-ce pas ?
Gemma: Je dois avouer que ça me passe au dessus de la tête.
Moi : Où est passé ton cœur Gemma ? Tu as oublié ce que ça fait d’être amoureuse à 24 ans ? D’être enceinte avec la peur d’être seule à 24 ans ?
Gemma : Ne compare pas ton histoire à la mienne.
Moi : Et pourquoi ça ? Laisse-moi te poser une question.
Gemma : Je t’écoute.
Moi : Quand tu est tombée enceinte de Amy, tu aimais son père ?
Gemma : Oui et je l’aimes toujours.
Moi : Donc tu n’as jamais regretté d’avoir eu Amy et de t’être mariée si tôt ?
Gemma : Non, Amy et John sont les meilleures choses qui me soit arrivées.
Moi : Et bien, cet enfant et Lee sont également les meilleures choses qui me soit arrivées. Il ne me reste qu’eux. Alors, s’il te plait, laisse le moi.
Gemma : Je crois qu’il vaut mieux que je parte.
Moi : Non … aïe.
Gemma : Quoi ?
Moi : Elle a bougé.
Gemma s’approcha doucement et mit sa main sur mon ventre
Gemma : Je l’ai senti.
Je tourna instinctivement la tête vers Lee mais ne vit aucun mouvement de sa part. Je me mit à pleurer et Gemma me prit dans ses bras. Nous pleurons toutes les deux un long moment. La colère et la rancune laissèrent place à la solidarité et l’espoir entre nous deux..

La fatigue commençant à se faire sentir, Gemma me proposa de me raccompagner chez moi. Après m’avoir déposée, Gemma se rendit au café et passa le reste de la journée avec Sheilà. Moi j’alla dans la chambre d’ami de mon appartement devenue depuis peu la chambre de bébé.
Je m’avança vers le lit et en caressa le bord. Je prit une des peluches, la serra contre moi puis la jeta à travers la pièce. J’ arracha la couverture du lit et l’envoya sur une étagère. Tous les objets disposés dessus tombèrent dans un fracas assourdissant. Les larmes me brûlaient les yeux, mon cœur serré criait à l’intérieur de ma poitrine. Je ne ressentait plus rien, sauf cette immense colère, cette trop grande peine. Pourquoi, fut le seul mot que dans cet élan de désespoir je réussit à prononcer, après avoir contemplé l’état de cette chambre à présent. Mon sang bouillait dans mes veines. Mes joues étaient rouges, ma respiration saccadée. Ma peine semblait enfin s’atténuer. J’en avait assez de montrer une Stéfanie forte au reste de mes amis. Je craquais. Je n’était pas sûre que j’ en ait le droit mais j’ était à bout de forces. Épuisée, vidée, je tomba à genoux au milieu de la pièce, toujours en pleurant. Mary et Déborah choisirent ce moment pour pénétrer dans l’appartement. Elles entendirent mes pleurs et se précipitèrent vers moi pour me réconforter. Toutes les trois nous restèrent là, en silence. Silence ponctué de gémissements et de larmes s’écrasant lourdement sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue_butterfly

avatar

Nombre de messages : 483
Age : 30
Localisation : ಌ Londres "appartement de Lee" ಌ
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Dim 18 Mai - 20:11

J'aime beaucoup ta fic
elle est triste mais bien ecrite Very Happy
je veux bien une suite ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://encreblue.skyrock.com/
stef

avatar

Nombre de messages : 338
Age : 33
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Lun 19 Mai - 22:54

Duncan, quant à lui se trouvait dans sa chambre avec Jerry. Ils essayaient de se remonter le moral l'un à l'autre.
Duncan: Tu te rappelles quand Lee avait décidé de faire des spaghettis bolognaises, il avait presque mit le feu à la cuisine!
Jerry: C'est vrai, heureusement que sa mère est entrée à ce moment là, et a limité les dégâts.
Duncan: Il me manque.
Jerry: Tu sais Duncan, il va s'en sortir. C'est un RYAN et les RYAN savent se battre.
Duncan: J'espère Jerry, parce que je ne me vois pas continuer la chanson sans mon frère à mes côtés.
Jerry: Il sera là, je te le promets.
Jerry prit Duncan dans ses bras et le laissa pleurer silencieusement.
********************

Moi et les autres se retrouvèrent tous au cafe street et réalisèrent une vidéo pour Lee quelques jours plus tard. Duncan prit la caméra en premier, la tourna vers lui et commença à filmer.
Duncan : Salut petit frère. Comme tu peux le voir, on a tous des sales têtes. Parce que tu… tu nous manques. Tu me manques, Lee. Réveilles-toi vite que je puisse encore te battre en un contre un au foot pour que tout le monde sache que je suis le meilleur.
Ils rirent doucement tandis que Duncan retenait ses larmes.
Duncan : On a besoin de toi, Lee. Alors ne nous laisse pas…
Ce fut le tour de Deborah et Mary d’enregistrer leur message. Je posa ma main sur l’épaule de Duncan et il m’embrassa sur le front.
Deborah : Hey beau gosse ! Toutes les fans attendent le retour de leur vedette alors ne nous fais pas attendre trop longtemps. Au fait, ta femme va m’en vouloir mais j’ai toujours eu un faible pour toi.
Moi (me détachant de Duncan) : J’ai entendu Deb. N’essayes pas de provoquer une femme enceinte. C’est risqué.
Deborah (à la caméra) : Tu vois ! Elle te défend bien ta petite bouboule.
Moi : Qui c’est la bouboule ?
Deborah : Je plaisante, Stef. Bon Lee, remue-toi. Il y a une petite fille qui veut son papa. D’ailleurs elle mène la vie dure à sa mère.
Mary : C’est vrai. Ta fille est une vraie boxeuse.
Tous se rassemblèrent et je prit la caméra.
Nous tous : On est là, Lee. N’oublie pas. Tous ensembles pour toi
Simon : Tu sais que je ne suis pas doué pour ce genre de choses mais, je tiens à te féliciter, Lee. Pour la joie que tu as apportée ici. T’es notre petit rayon de soleil. Il se tourna vers Antony et Duncan. C’est un peu trop gay ce que je viens de dire ?
Ils acquiescèrent en riant doucement.
Simon : Tant pis. Sérieusement Lee ont supportera pas longtemps les sauts d’humeur de ta femme alors reviens la calmer.
Moi : Pourquoi vous vous vengez sur moi ?
Deborah : T’es une cible facile, ma bouboule.
Je sourit enfin. Tous affichèrent un sourire victorieux.
Antony : On a réussis à faire sourire Stefanie. Allez Lee, réveilles-toi vite pour revoir son magnifique sourire
Je tourna la caméra vers moi et la baissa au niveau de mon ventre.
Moi : T’as vu elle t’embrasses aussi. Je remonta la caméra. Lee, on a fait cette vidéo pour te montrer à quel point on tient à toi et combien tu nous manques. T’as intérêt de te réveiller sinon… Réveilles toi Lee. S’il te plait. Et vite.
J’ adressa un sourire et déposa un léger baiser sur l’objectif.Je ferma les yeux et soupira.

Plus tard dans la journée, Duncan me déposa à l’hôpital et se rendit au studio.
Je mit les fleurs que j’avais apporté dans un vase et m’installa sur une chaise à côté du lit. Je guetta un long moment le moindre mouvement de Lee. Mais rien. Il restait là, immobile. Le seul son résonnant dans la pièce était celui de l’E.G.C.
Je m’’endormit après avoir un peu bouquiné. Un rêve étrange prit alors possession de mon esprit préoccupé.
********************

L’appartement était très animé en cette belle journée d’avril. Deux personnes riaient aux éclats devant un dessin animé. Une petite fille aux cheveux bruns sautait dans tous les sens tandis que sa mère essayait en vain de la calmer.
Un homme, blond entra alors et croisa ses bras.
… : poucinette, tu mènes la vie dure à ta mère ?!
La petite fille se retourna et courra dans les bras de cet homme.
Chloé : Tonton Duncan!
Duncan : Salut ma petite puce. Ça va ?
Chloé : Oui, on va voir papa aujourd’hui. Et puis, arrêtes de m’appeler poucinette, je m’appelle Chloé Ryan
Duncan : Rappelles-moi, quel âge tu as déjà ?
Chloé : J’ai 5 ans !
mOI : Allez ma chérie va chercher ton sac.
Chloé : Je peux prendre mon dessin aussi ?
Moi : Oui.
Chloé alla dans sa chambre et chercha son sac. Duncan s’approcha de moi, les mains dans les poches.
Duncan : Alors, quoi de neuf ?
Moi : Duncan, pas avec moi. Tu sais très bien que tu ne peux pas me faire croire que tout est rose aujourd’hui.
Duncan : Pourquoi on fait ça ?
Moi : Duncan, c’est ton meilleur ami et mon mari, on lui doit bien ça.
Duncan : Ça fait 5 ans, Stefanie. Tu ne crois pas qu’il faut qu’on arrête d’aller le voir ? Et puis, un cimetière n’est pas vraiment un endroit où une enfant de 5 ans est supposée aller.
Moi : Chloé est une petite fille intelligente et c’est elle qui insiste pour qu’on continue à déposer des fleurs sur la tombe de son père. Je ne la force pas.
Duncan : C’est bizarre mais la fille est aussi têtue que la mère.
Moi : Eh oui ! Allez Chloé, dépêches toi.
Chloé : Je suis prête maman.
Duncan : En route.

Ont se rendis tous les 3 au cimetière et allèrent sur la tombe de Lee. Chloé posa son dessin et me regarda, jei lui sourit tendrement.
Chloé : Salut papa. T’as vu comment je suis grande maintenant ? Je mange tous mes légumes tous les vendredis, maman elle nous fait ton plat préféré, des nouilles au gruyère. J’adore ça aussi.
Duncan esquissa un sourire face à l’innocence de sa nièce.
Chloé: Maman elle me parle souvent de toi. Tu lui manques beaucoup et à moi aussi. Je t’aime papa.
Une légère brise se fit sentir. Je sentais la présence de Lee. Je m’’avança puis m’accroupit .Duncan emmena Chloé dans la voiture et lui donna un BD à lire, puis il me rejoignit.
Moi : Bonjour mon coeur. Tu sais, ta fille a raison. D’ailleurs elle est très vive, et des fois elle m’impressionne par son intelligence. Un silence pesant s’installa comme à chaque fois. Tu me manques Lee. Tu me manques depuis 5 ans. 5 ans que rien n’est plus pareil sans toi.
Quand tu es mort Lee, une partie de moi est morte avec toi…Je donnerai tout pour que tu revives. Pour me faire revivre. Pour qu’on revive tous les 3. Ensemble.
Duncan m’obligea à me relever et me serra aussi fort qu’il pût. Il savait que cette blessure ne se referma jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue_butterfly

avatar

Nombre de messages : 483
Age : 30
Localisation : ಌ Londres "appartement de Lee" ಌ
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Lun 19 Mai - 23:13

Vraiment trop triste comme fic mais j'aime bcp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://encreblue.skyrock.com/
vivi_james
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 695
Age : 27
Localisation : baaa devan mon pc
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Lun 19 Mai - 23:40

alr la serieu chapo la miss jadore ta fic serieu el é super jme langui la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stef

avatar

Nombre de messages : 338
Age : 33
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Mar 20 Mai - 20:54

Moi (criant) : LEE !
… : Stef, qu’est- ce qui t’arrives ?
Pour moi, ce rêve était prémonitoire. Je savait qu’il fallait un miracle pour sauver Lee.
Moi (dans un état second) : Il faut le sauver.
mon interlocuteur me regarda perplexe, puis me prit la main.
… : De quoi tu parles Stef ?
Moi : Jerry, il va mourir, je le sens.
Jerry : Arrête de dire ça.
Mais je ne l’écoutait pas, je secouait la tête nerveusement et respirait rapidement.
Jerry : Calmes-toi. Regardes-moi. Tu vas fermez les yeux...
Je lui répondit brusquement.
Moi : Si je ferme les yeux, je revois cette… cette pierre tombale avec le nom de Lee dessus et …
Jerry (me secouant) : STEFANIE ! Ressaisis-toi. Où est passé la stefanie forte et indépendante que j’ai côtoyé toutes ces années ?
Moi : Je suis désolée. Je passa ma main sur mon visage puis me leva. Je dois aller chercher Duncan au studio.
Jerry : Sois prudente. Tu reviens ici plus tard ?
Moi : Oui. je commença à partir mais me retourna vers Jerry. Veilles bien sur lui.
Jerry(souriant) : Comptes sur moi.
Je sortit soulagée. Enfin j’ avait retrouvée la force qui me caractérisait tant. D’ailleurs, ma devise était "Bats –toi pour vivre avant que la vie ne t’abattes". Cela, je l’avait compris il y a très longtemps.
Arrivée au studio, Je m’’assit dans la salle d’attende attendant la fin de l’enregistrement. Mary vint s’asseoir à côté de moi. Je commença à lui raconter mon rêve lorsque Jerry entra en courant dans le studio.
Jerry : Stef !
Moi (le rejoignant) : Qu’est-ce qu’il se passe ? Tu trembles.
Jerry (à bout de souffle) : Stef…
Duncan : Jerry, qu’est-ce qu’il y a ?
Jerry : Il est réveillé…
Je n’en croyait pas mes oreilles. Instinctivement, je posa ma main sur le bras de Jerry.
Moi : C’est vrai ?
Jerry : Oui, Lee s’est réveillé. Ils lui font des examens en ce moment même. Stefanie, il est sauvé. Il n’y a plus rien à craindre.
Folle de joie, je me jeta au cou de Jerry. Duncan, passa sa main dans mon dos puis me prit dans ses bras à son tour. L’équipe du studio affichaient tous un sourire ravi. Ont se rendit à l’hôpital et Jerry appela pendant le trajet Sheilà qui se chargea de mettre John et Gemma au courant de l’excellente nouvelle.

J’entra seule dans la chambre, les mains moites, les larmes aux yeux et les jambes tremblantes. Je m’avança doucement tandis que Lee jouait nerveusement avec son alliance.
Moi : Hey.
Lee : Stef ?
Je me pencha pour l’embrasser tendrement. Lorsqu’on se sépara, Lee me regarda étonné.
Moi : Si tu savais comme j’ai eu peur. J’ai cru que je t’avais perdu pour toujours.
Lee (mettant sa main sur ma joue) : Jamais je ne pourrais vous quitter. Vous êtes les deux personnes qui comptait le plus à mes yeux, et je suis désolé de vous avoir causé tout ce mal.
moi : C’est oublié et pardonné, Lee. Je veux que… qu’on forme à nouveau une famille tous les trois.
Lee : Comment tu peux m’aimer après tout ce que je t’ai fait ?
Moi : J’en sais rien. Tout ce que je sais c’est que je t’aime, Lee et je veux retrouver mon mari.
Il me sourit et me prit dans ses bras.
moi : Ne me refais plus jamais ça. Tu m’as comprise ? À partir de maintenant, c’est à pied que tu iras te balader.
Lee : À vos ordres, madame. Je me blottit au creux de son épaule et il me caressa doucement les cheveux. Je t’aime, Stef.
Moi : Moi aussi je t’aime.
Je releva la tête et approcha mes lèvres de celles de Lee. Une nouvelle relation s’installait entre nous. Une relation plus forte, plus mature, une relation unique.
Les autres, impatients choisirent ce moment pour entrer et admirer notre complicité.
Mary : On dérange peut –être ?
Lee (se redressant) : Non entrez.
Je me releva et laissa la place à Duncan.
Lee : Salut Duncan !
Duncan : Ça va p’tit frère ?
Lee (me regardant) : Beaucoup mieux. Par contre, toi, t’as une sale tête.
Duncan : Ça fait une semaine que je ne dors plus, t’es marrant !
Lee: Tu vas pouvoir dormir comme un bébé maintenant. Je vais bien.
Duncan : J’espère bien. Je pense que Stef t’a déjà dit que tu ne t’approcheras plus d’une voiture avant un petit moment.
Moi : Oh oui, il le sait.
Mary : Vous allez arrêter de le couver comme un bébé.
Lee: Merci Mary, mais j’adore être câliné.
Mary : Je te hais.
Lee : Mais moi aussi je t’aime, Mary.
Mary s’avança et le prit dans ses bras.
Mary : Bon retour parmi nous.
Moi : Alors, qu’ont dit les médecins. ?
Lee : Ils m’ont dit que j’avais subi un sérieux traumatisme, et vu le coma dans lequel j’étais plongé était profond, ils m’ont assuré que j’avais un ange gardien qui veillait sur moi. Mais autrement tout va bien, mes réflexes, mon élocution, tout.
Moi : Ok. Duncan tu viens m’aider à chercher des cafés pour tout le monde ?
Lee : Mary tu peux y aller avec Duncan, toi (me désignant) tu restes là.
Mary : Pas de problème.
Et ils sortirent en riant.
Moi : Je suis enceinte, pas handicapée, Lee. Je peux … Mais tu vas arrêtez !
Lee : Quoi ?
Moi : Ta fille s’amuse à jouer au foot dans mon ventre.
Lee : Approches.
Je m’exécuta et prit la main de Lee puis la posa délicatement.
Lee (riant) : C’est génial.
Moi: Parle pour toi, mon coeur.
Lee se sentait pousser des ailes, tellement il était heureux. Cette sensation indescriptible de savoir que la vie s’éveillait sous ses doigts lui procurait un bonheur extrême. Sheilà, Jerry, John et Gemma les rejoignirent à cet instant.
Gemma : Lee !
Lee (l’embrassant) : Salut soeurette
Gemma : Tu vas bien ?
Lee : Oui, ça va.
Sheilà : Contente que tu sois réveillé.
Lee : Moi aussi maman
Gemma : Et toi, Stefanie?
moi : Je vais bien merci Gemma.
Gemma : Assis toi un peu.
John : J’ai raté un épisode. Depuis quand vous ne vous disputez plus ?
Jerry : Oui, Gemma tu as pris quelque chose ?
Lee : C’est quoi cette histoire Gemma?
Gemma : Pendant ton coma, j’ai eu des mots très dures envers Stefanie et je le regrette. Je n’aurai pas du être aussi méchante.
Moi : Gemma, c’est oublié. C’était simplement les nerfs qui lâchent.
Lee : J’espère que c’est juste ça.
Moi : Je te le promets.
John : Alors, vous deux ?
Lee me prit la main et observa la place qu’occupait mon alliance avant.
Lee : Si elle veut bien de moi.
Moi (le regardant dans les yeux.) : Oui, Lee. D’ailleurs... je sortit une petite boite de ma poche. Tu veux bien la remettre à sa place ?
Lee ouvrit la boite et vit qu’elle contenait mon alliance. Il la prit puis la remit à mon doigt..
Lee : Pour toujours ?
Moi : Pour toujours.
Je colla mon front à celui de Lee en souriant puis nous nous s’embrassèrent. Toutes les personnes présentes nous regardèrent, attendris. Nos amis nous retrouvèrent ainsi. Encore une fois à Londres, l’amour triompha de toutes les épreuves.
Quelques jours plus tard, Lee fut autorisé à sortir et il retrouva enfin son appartement avec Moi. Une petite soirée fut organisée pour fêter la sortie de Lee et aussi pour le bébé. On offrit des habits de toutes les couleurs au bébé et certains dessous coquins pour après l’accouchement pour moi. Les mauvais jours faisaient à présents partie du passé
********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue_butterfly

avatar

Nombre de messages : 483
Age : 30
Localisation : ಌ Londres "appartement de Lee" ಌ
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Mar 20 Mai - 21:03

Très chouette fic, et elle fini bien c tout mimi ça
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://encreblue.skyrock.com/
vivi_james
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 695
Age : 27
Localisation : baaa devan mon pc
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Mar 20 Mai - 22:10

aaa genial il C reveillé tou va bien tou é bien ki fini bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stef

avatar

Nombre de messages : 338
Age : 33
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Mer 21 Mai - 21:43

Plusieurs mois s’étaient écoulés depuis l’accident et en quelque sorte, toutes les relations amoureuses ou d’amitiés s’en trouvèrent renforcées.
Nous nous trouvèrent chez Sheilà tandis que les garçons profitaient de notre ’autorisation pour faire un foot comme avant.
Simon: Alors Lee, comment va Stef ?
Lee: Elle est horriblement fatiguée à cause du bébé. Mais on a hâte qu’elle soit là.
Duncan : Papa gâteau !
Simon : Laisse le. C’est mignon.
Antony : Sy a raison.
Lee : Merci les gars. Vous savez, si vous m’aviez dit qu’un jour, je pourrais être aussi heureux, je ne vous aurais pas cru.
Duncan : C’est compréhensible. En un an, tu t’es marié et as mis en route un bébé. Je suis fier de toi Lee.
Lee : Assez parlé de moi. Toi et Mary ?
Duncan : Tout va bien, je lui demande de m’épouser.
Antony : Alicia et moi avons décidé de vivres ensembles
Chris (un ami proche de Lee): Vous faîtes tous des projets à long terme. Moi, je préfère vivre l’instant et profiter de Sara au maximum.
Simon: Ecoutez-le, lui ! Chris, tu te rappelles pas qu’un jour tu m’as dis que tu te voyais marié avec Sara dans quelques années ?
Chris : Sy, tu parles trop !
Ils se mirent à rire tandis que Lee prenait un appel sur son portable.
Lee : Oui… maman qu’est-ce qu’il y a ?.... C’est vrai ? … Oh mon dieu… euh oui j’arrive tout de suite !! Merci.
Lee se retourna et vit les regards inquiets des garçons.
Lee : Je…je vais être papa. Duncan, je vais être papa. Stefanie a perdu les eaux.
Duncan lui sauta au cou sous l’effet de la nouvelle.
Duncan : Et moi je vais être tonton.
Chris : Mais qu’est qu’on reste planté là à attendre le déluge ? En route !
Duncan prit le volant et arrivèrent à l’hôpital une dizaine de minutes plus tard. A l’accueil, Lee demanda à quel étage j’avait été admise et courra pour me retrouver. Il me trouva dans une chambre avec Sheilà. Les médecins devaient attendre un peu avant de meconduire en salle de travail. Il débarqua complètement essoufflé.
Lee : Stef.
Lee fit le tour du lit et s’assit en face de moi.
Lee : Tu vas bien ?
Moi : Oui oui, j’ai juste eu peur que tu ne sois pas là.
Lee : Je ne raterai ça pour rien au monde.
je serra sa main et l’embrassa.
Lee : Tu veux un verre d’eau ou autre chose ?
Moi : Non, je te veux juste toi.
Sheilà : Je vais vous laisser.
Moi : Merci Sheilà.
Lee : Duncan et les autres attendent dans le couloir.
Sheilà : Merci, mon grand.
Après que Sheilà soit sorti, je me mit à pleurer.
Lee : ma puce arrêtes…
Moi : Je ne sais pas si je vais y arriver Lee.
Lee : Hey ! Je suis là, on va le faire tous les deux et dans quelques heures, on tiendra notre fille dans nos bras. Mais il ne faut pas que tu craques.
Moi : On n’a même pas de prénom.
Lee : Pourquoi pas Chloé RYAN.
Moi : Quoi ?
Lee : Quand j’étais dans le coma, j’ai fait un rêve bizarre et notre petite fille s’appelait ainsi.
Moi : J’ai fait le même rêve avec…
Moi et Lee : Le dessin et les nouilles au gruyère.
Je ria et Lee me prit dans ses bras. Un médecin entra alors.
Médecin : Stefanie, comment vous sentez vous ?
Moi : Plutôt bien, à par certaines contractions qui sont plus douloureuses que les autres.
Médecin : Je vais vous examiner et voir où vous en êtes.
Moi : D’accord.
Médecin (après quelques minutes d’examen) : Stefanie, c’est l’heure. J’aperçois déjà la tête.
Je regarda Lee inquiète. Il déposa un baiser sur lmon front pour me donner du courage et il m’emmenèrent en salle de travail.
********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vivi_james
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 695
Age : 27
Localisation : baaa devan mon pc
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Mer 21 Mai - 21:51

ooo je croyai kel été fini mdrrr finalemen jme sui trompé lool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue_butterfly

avatar

Nombre de messages : 483
Age : 30
Localisation : ಌ Londres "appartement de Lee" ಌ
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Mer 21 Mai - 22:17

Oui moi aussi je croyais quelle etait finie lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://encreblue.skyrock.com/
stef

avatar

Nombre de messages : 338
Age : 33
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Jeu 22 Mai - 21:04

Je me sentait épuisée. Je n’avait plus de forces et malgré les encouragements de Lee, je n’arrivait plus à pousser.
Médecin : Stefanie, un dernier effort. Elle est presque là.
Stefanie (en sueur) : Laissez moi tranquille. Je n’en peux plus.
Lee : Allez ma puce une dernière fois. Pousse de toutes tes forces.
Je me redressa et une dernière fois, je poussa le plus fort que je put. Bientôt, des cris se firent entendre.
Médecin : Ça y est, la voilà.
je laissa échapper un soupir de soulagement.
Moi : Où, où est-ce qu’ils l’emmènent ?
Lee : Ils vont juste la nettoyer. Tu es maman. Stef, c’est fini.
Je lui sourit et une infirmière lme tendit ma fille.
Moi(regardant le bébé) : Bienvenue Chloé. Je suis ta maman. Et lui c’est ton papa.
Lee : Elle est magnifique. Tout comme sa maman.
Moi : Elle est parfaite…
Lee m’embrassa tendrement puis prit sa fille.
Lee : Elle est si petite. Tu es la plus belle des petites filles tu le sais ça ?
Je posa ma tête sur l’épaule de Lee.
Lee : Beau travail, papa.
Lee : Mais moi, je n’ai rien fait. Tout le mérite te revient.
Moi: Je t’aime.
Lee : Moi aussi. Toutes les deux. Il s’adressa au petit ange à présent endormi dans ses bras. Oh oui, je t’aime aussi toi.
********************

Quelques heures plus tard, j’étais, à présent, reposée je demanda à Lee d’aller chercher notre fille puis fit entrer tout le monde.
Duncan entra en premier et se précipita sur moi.
Duncan : Je n’arrive pas à y croire.
Moi : Ne t’en fais pas, Lee non plus.
Sheilà : Comment tu te sens ?
Moi : Fatiguée même très fatiguée mais heureuse.
Jerry : Félicitations à vous deux.
Moi : Merci Jerry.
Gemma (excitée) : Alors où est ma petite nièce ?
John : C’est aussi la mienne.
Lee : Elle est là.
Lee s’assit sur une chaise après avoir mis Chloé dans mes bras
Moi : Tout le monde voici Chloé RYAN. Je baissa la tête et Chloé me regarda avec ses petits yeux. Voici ton monde mon cœur.
Mary : Elle est superbe.
Lee : Oh oui, c’est la plus belle.
Antony et Alicia : Beau travail.
Chris : Je n’ai jamais vu un aussi beau bébé.
Simon : T’as vu les parents ?
Tout le monde ria à cette blague. Et Lee passa sa main dans mes cheveux.
Lee : On sait tous que je suis le plus beau. Alors ma fille est la plus belle.
Sheilà (s’avançant) : Je peux ?
Brooke : Bien sûr c’est votre petite fille.
Je lui tendit sa petite fille et tout le monde s’approcha pour voir lnotre petite merveille. Lee profita de ce moment pour m’embrasser le plus tendrement possible. Duncan prit alors la petite et lui raconte quelques blagues tandis que Mary et Alicia l’admirait. John demanda quelques minutes plus tard à Duncan de reposer Chloé dans mes bras et à tout le monde de se rapprocher de la petite famille. Il sortit un appareil et immortalisa ce tendre moment.

Malgré une année mouvementée pour Moi et Lee, nous nous étions retrouvés. Choé était le symbole d’un nouveau départ, d’une nouvelle vie. il fallait travailler dur pour associer boulot et famille. Avec l’aide de Gemma et John qui faisaient office de baby-sitters, nous réussîments. La vraie vie ne faisait que commencer…

Ma vie, n’est pas parfaite mais c’est la vie que j’ai voulu. Une vie simple. Une vie pleine d’amour. Mon mari et ma fille sont ce que j’ai de plus cher au monde, ils sont toute ma vie. Dans ma vie il y a aussi tous mes amis, qui ont réalisé leurs rêves tout comme moi. J’ai rêvé d’avoir une famille et mon rêve est devenu réalité. Soyez en sûrs, les rêves deviennent réalité si on fait tout pour.

Duncan est aujourd’hui animateur radio et télé et vient de se marier avec Mary, ma meilleure amie. Elle est devenue journaliste et a repris la direction de la gazette de la ville. Ils veulent avoir des enfants mais se réservent pour l’instant.

Alicia et Antony viennent de s’installer ensembles. Alicia est dessinatrice et Antony fait de la comédie musical. Ils se marient dans 2 mois et Alicia nous a demandé à Mary et moi d’être ses demoiselles d’honneur.

Simon, Déborah, Sara et Chis vivent en colocation pas loin de chez nous. Ils viennent souvent nous voir pour dévaliser notre réfrigérateur ou pour faire une partie de Foot avec Lee pour les garçons ou de maman poule pour les filles.
Sheilà et Jerry se sont mariés, ils ont décidés de faire le tour du monde en emmenant John, Gemma et leur filles Amy dans leurs bagages.

Quant à Lee et moi, c’est le bonheur sans nuages. Chloé est une petite fille extraordinaire qui nous rend très fière d’elle. Je suis devenue écrivain et Lee est toujours un chanteur reconnu de tous surtout de toutes. Nous exerçons tous les deux le métier dont nous rêvions. Notre vie est juste parfaite.

Bien sûr, la perfection n’existe pas

fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tiphanie

avatar

Nombre de messages : 276
Age : 32
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: l'amour le vrai   Jeu 22 Mai - 21:09

j aime beaucoup la fin et ta suite continue comme sa a bientot pour de nouvelles fics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'amour le vrai   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'amour le vrai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tn vrai ou fausses
» [fanfiction] L'amour sur msn
» [rumeur]TOM DRAGE UNE FILLE VRAI OU FAUX ?
» Les plus beaux duos d'amour
» [Interview] GQ : Tokio Hotel - Pourquoi vous devez maintenant prendre les Super-jumeaux au sérieux !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Blue :: ~¤~ Général ~¤~ :: Fan'fic-
Sauter vers: