Forum Blue

Forum sur les blue [lads]
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 SOS Famille en détresse --> Fin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ch0upy



Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: SOS Famille en détresse --> Fin   Mer 12 Sep - 0:03

CHAPITRE 1

Bon je vous explique rapidement, je m'appelle Mélanie, j'ai 18 ans aujourd'hui et pour mon anniversaire avec un groupe de copine on a été en boite. C'est là que ma vie a complètement changé, dans les toilettes de la boite... A vrai dire, il était 6h30 et je dois avouer que j'avais un peu bu mais sans plus, je sais plus trop ce que je faisais dans les toilettes mais quand il est entré, je me suis sentis obliger de l'aider, après tout, il était bourré comme jamais et n'arrivait pas a tenir debout, je l'ai conduis jusqu'a une cuvette et après avoir vomit tout ce qu'il pouvait, il m'a remercier et est tombé par terre... c'est vraiment bête parce que je le trouvait bien mignon moi ! Je suis sortis et juste a ce moment là, quelqu'un est entré... Je m'y attendait tellement pas que j'en suis tombé par terre. Il m'a aidé a me relevé.

Mec : ca va ?

Moi : bah oui, enfin... j'ai mal aux fesses maintenant !

Mec : je suis désolé !

Moi : ouais, bah quand même ! et puis qu'est-ce que vous avez tous a entré dans les toilettes des filles !?

Mec : c'est que je viens récupéré le boulet qui est derrière toi...

J'en est donc déduit qu'ils étaient amis...

Mec : au fait, moi c'est Lee !

Moi : ravis de le savoir, c'est pas que je m'en fou hein... mais ça va rien m'apporté de savoir ton nom !

Et dire qu'aujourd'hui c'est l'homme de ma vie...

Lee : je sais que c'est pas le moment hein, mais euh en fait... tu me plait bien... et...

Et voila, un mois plus tard j'emménage avec lui et 6 mois après on était devenu inséparable... Il faisait parti d'un groupe qui marchait bien, Blue, ils étaient connu un peu partout et évidement parfois on se voyait moins... D'ailleurs, le lendemain de ce "fameux jour" il partait 2 mois en tournée... Et j'avais un travail, je suis pas le genre de fille qui se fait entretenir par son mec, quand je veux quelque chose j'évite de le lui dire sinon, Lee s'empresse de me le payer... bref, j'suis pas une pétasse siliconer pleine d'argent qui est généralement inutile au monde ! on va dire ça comme ça... Bref, ce "fameux jour" quand il est arrivé de je ne sais pas où, j'étais dans la salle de bain entrain de me déshabillé pour prendre une douche.

Lee : hey ho ? y'a quelqu'un par ici ?

Moi : oui, oui, je suis dans la salle de bain !

Lee entra.

Lee : bon alors voila, j'ai beaucoup réfléchis et.... qu'est-ce que tu fais ?

Moi : je me déshabille

Lee : bah pourquoi ?

Moi : tu te douche habillé peut être ?

Lee : euh... nan, désolé.

Moi : pas grave, alors, t'as réfléchis à quoi ?

Lee : à nous...

Cette phrase me glaça le sang... comment ça "réfléchis a nous" ?

Moi : et y'a une conclusion ?

Lee : oui.

Pardon, quelle conclusion ?????

Lee : hey fait pas cette tête, c'est pas cette conclusion là ! Je veux dire, on se sépare pas ! Enfin si...

Moi : quoi ?

Lee : nan, je veux pas dire ça ! rooo, attend tu facilite pas la chose non plus, quand je me suis récité mon texte tu répliquait rien du tout !

Moi : oh, je me tais alors ?

Lee : s'il te plait, oui...

Moi : ok

J'entrais dans la douche et Lee s'assit sur la cuvette des toilettes.

Lee : je disais, on se sépare parce que je pars en tournée pas parce qu'on s'aime plus ou quelque chose comme ça !

Moi : ouais, j'espère bien, j'ai faillit faire une crise cardiaque là !

Lee : désolé... bon alors, je disais j'ai réfléchis et tu sais que... c'était plus facile quand je parlais a Duncan !

Moi : Lee, arrête de tourner autour du pot, tu me stresse !

Lee : ok, bah... j'crois que je suis sur que...

Moi : tu crois que t'es sur ? sa veut dire quoi ça ? tu crois ou t'es sur ?

Lee : Mélanie ! t'arrête ! comment tu veux que j'y arrive là !

Moi : pardon, je me tais...

Lee : voila, je sais que c'est pas quelque chose qu'on demande comme ça mais le vol est avancé et je pars ce soir. Ne dis rien, je sais, tu vas râler, mais après !

Ce soir ? Je vais le tuer ! Et de quoi il parle quand il dit "on le demande pas comme ça" ?

Lee : voila, si j'attend pas mon retour c'est parce que là je sens que c'est le bon moment, j'crois que t'es la femme de ma vie et...

Moi : Lee, dis moi pas que tu va me demander ça.... pas dans les chiottes quand même !

Lee : arrête, tu me stresse !

Moi : Lee...

Lee : tu veux m'épousé ?

Moi : nan, j'hallucine, tu l'as fais ! tu m'a demander en mariage dans les toilettes ! mais c'est dingue ça ! tu veux une réponse là maintenant ou... ?

Lee : mon cœur va lâcher là, j'aimerai bien savoir avant de mourir !

Moi : mais bien sur que oui ! Bien sur que je veux t'épousé !

Je crois qu'il a tellement été heureux qu'il m'a sauté dessus. Il m'a passé la bague de fiançailles qu'il avait acheté au doigt et m'a fait l'amour. C'était tellement magique que c'est comme si je tombais une fois de plus amoureuse de lui. Le soir, il est parti, un mois plus tard juste avant un concert je lui apprenais que j'étais enceinte et 9 mois plus tard, j'accouchais de triplé... Vous vous rendez compte ? Des triplé ! Deux filles, Emma et Léna et un garçon, Mathis. Et voila, les années passe plus vite qu'on ne peut le penser, les enfants ont grandi et voila qu'ils rentrent ce matin a l'école ! Ils ont 3 ans, j'en ai 21 et Lee n'est jamais là... Jamais, toujours ailleurs quand les choses les plus importantes ce passe. Certes son groupe marche toujours de mieux en mieux mais en attendant il n'est jamais à la maison et à rater toutes les première fois de ses enfants. Les Premières dents, les premiers pas, les premiers mots, la première fois sur le pots, les premières bêtises... et maintenant leur entré à l'école, certes ils sont triplé mais ils n'ont pas tout fait en même temps, mais Lee à quand même réussi à tout raté... Je l'aime toujours comme une folle mais plus le temps passe et plus je me pose des questions sur son amour a lui...

Mathis : pourquoi tu pleure maman ?

Hein ? Je pleure ? Je m'essuie les quelques larmes qui ont coulé.

Moi : j'ai une poussière dans l'œil ! Alors, content d'aller à l'école ?

Emma : nan

Moi : bah pourquoi ?

Léna : tous les autres enfants, y'a leur papa et leur maman, pas nous !

Encore une fois je devrai supporté les larmes de Léna, c'était la plus "jeune" des trois, elle grandissait à son rythme, ce qui arrangeait les deux autres, ils pouvait faire le papa et la maman tandis que Léna serait le bébé...

Moi : tu sais que papa travail mon cœur !

Léna : mais les autres papa ils travaillent aussi et ils sont venu avec leur bébé !

Bébé... pour elle tout ce qui avait son âge ou moins était un bébé.

Moi : il est a Paris papa, il est en France, il peut pas venir ! Je te l'ai déjà dis toute la semaine !

Elle se mit a pleuré

Léna : je veux papaaaaaaaaaaa !

Moi : oh, Léna, s'il te plait ! Regarde là, ton frère et ta sœur joue avec les autres enfants ! Ils sont content !

Léna : je veux papa ! Mamannnnnnn, siteplait !

Moi : tu veux que je l'appel ?

Léna : siteplait !

Je pris mon portable et composa rapidement le numéro de Lee, il ne décrocha pas.

Moi : il est pas là, il doit être occupé ma chérie

Ses yeux s'embrumèrent une seconde fois et des larmes roulèrent sur ses joues. Une fois de plus mon cœur se compressa. Mathis et Emma arrivèrent.

Mathis : qu'est-ce que t'as ma petite ?

Léna : tu sais, papa il est pas là !

Emma : maman a dit qu'il rentre à la fin de la semaine ! Tu viens avec nous ?

Léna : je veux papaaaaaa !

Elle se jeta dans mes bras. Si Lee ne rappelais pas dans la secondes qui suivait, je prenais le premier avion pour Paris et j'y lui foutre ma main dans la gueule en direct live ! Il a du m'entendre parce que dans la minutes qui suivi, il rappela.

Moi : allô ?

Lee : excuse moi, j'étais entrain de dormir, ça va mon cœur ?

Moi : moi, oui... enfin, par contre, c'est pas le cas de Léna.

Lee : qu'est-ce qu'elle a ? Elle est malade ?

Moi : je te la passe.

Elle pleurait toujours et avait donc un peu de mal a parlé

Léna : pourquoi t'es pas trop là avec nous ?

Lee : bah tu sais, je t'es déjà expliquer, je rentre a la fin de la semaine. Pourquoi tu pleure ?

Léna : tous les papa des autres enfants sont venu !

Lee : où ça ?

Léna : bah à l'école ! et même pas toi !

Lee : à l'école ? oh mon cœur ! je suis désolé ! écoute, passe une très bonne journée, fais des gros bisous a ton frère et ta sœur, jtembrasse fort, je t'aime !

Léna : moi aussi je te n'aime !

Lee : passe moi maman s'il te plait.

La petite fille tendit le téléphone portable a sa maman avant de courir avec un grand sourire vers son frère et sa sœur.

Moi : oui ?

Lee : je...

La maîtresse s'approcha de moi.

Moi : attend deux minutes.

Maîtresse : bonjour, vous êtes la maman des triplé c'est bien ça ?

Moi : oui, oui.

Maîtresse : la petite avec le pull rose à l'air bien triste.

Moi : son père travail beaucoup, il n'est jamais là et on va dire que c'est un peu le bébé des trois, elle pleure souvent, vaut mieux pas trop parlé de "papa" quand elle n'est pas loin parce que vous pouvez être sur que dans la minute qui suit elle pleure jusqu'a avoir son père au téléphone...

Maîtresse : oh très bien, peut-être que vous pourriez me laisser son numéro alors ?

Moi : et bien... je sais pas trop.

Maîtresse : très bien, et si je peux me permettre, il travail dans quoi le papa ?

Moi : la musique, il est chanteur.

Maîtresse : oh c'est bien ça ! je me disais que je vous avez déjà vu quelque part ! Vous êtes madame Ryan non ?

Moi : c'est ça oui.

Maîtresse : ça doit pas être facile !

Moi : nan c'est sur, ni pour moi, ni pour les enfants... mais comme on dit, "on s'habitue a tout". Excuser moi, il est au téléphone et...

Maîtresse : oui, de toute façon la classe doit commencer. Bonne journée.

Moi : a ce soir.

Je fit un signe de la main a mes enfants qui me répondirent par des bisous imaginaires. Je sortit et repris Lee.

Moi : t'es toujours là ?

Lee : oui

Moi : ça va toujours ?

Lee : plus trop nan...

Moi : pourquoi ?

Lee : je crois que je suis un mauvais père.

Moi : mais nan, c'est juste que tu manques de temps.

Lee : oui peut être, mais je rate toujours tout... j'étais persuader que la rentré était la semaines prochaine et que j'aurai pour une fois pu être là...

Moi : et bien c'était aujourd'hui et tu es à Paris, qu'est-ce que tu veux qu'on y fasse ?

Lee : Léna est souvent comme ça ?

Moi : comment ?

Lee : entrain de pleuré ?

Moi : tous les soirs où tu n'es pas là, oui.

Lee : ça fais beaucoup nan ?

Moi : oui.

Lee : bon sang... je suis tellement désolé.

Moi : moi aussi je suis désolé. Ecoute, je dois aller travailler, je vais être en retard sinon.

Lee : très bien. Bonne journée. Je t'aime.

Moi : moi aussi.

Je raccrochais. Lee ouvrait enfin les yeux, après trois ans il commençait a se rendre compte que la famille tombait en ruine a cause de son absence perpétuelle... Il rentrait en fin de semaine après un mois d'absence. Espérons qu'il ferait un effort. Mais je savais que le mois prochain, ils commençaient une autre tournée en Asie et je crois que je ne supporterai pas une autre séparation. J'avais tendance a démentir le proverbe qui dit "loin des yeux, loin du cœur" mais plus le temps passe et plus le proverbe se confirme. J'avais peur que cette histoire finisse mal...

________________

Et voila^^
Biz0ux <3


Dernière édition par le Ven 26 Oct - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
misslee02

avatar

Nombre de messages : 141
Age : 29
Localisation : vers lyon
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Mer 12 Sep - 22:22

J'avais tendance a démentir le proverbe qui dit "loin des yeux, loin du cœur" mais plus le temps passe et plus le proverbe se confirme. J'avais peur que cette histoire finisse mal...

ohhhhhhh non hein g dis une fic joyeuse lol Razz

sinn j'ai adoré ta réaction pr la demande en mariage Cool Laughing
remarke ta raison joré réagi pareil mdr Razz
on sattend o grand numéro etc et tt ça pr koi? confused
une demande sur les chiottes Razz Razz Razz Laughing
mdrrrrrrr
la suiteeeeeeeeeeeeeeeeee bounce bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noiram38.skyblog.com
Ch0upy



Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Jeu 13 Sep - 0:29

Euh ouais, je sais, mais je sais pas tellement écrire des fic' drole ! MDR Celle là n'est pas tragique. Du moins, elle se fini bien : donc elle n'est pas triste. MDR pour moi^^
Et pour la demande en marriage, je sais plus tellement comment j'ai trouvé ça, il me semble que je l'avais rêver MDR


CHAPITRE 2

On était vendredi, Lee devait arrivé vers 20h à la maison, il était maintenant 22h30... Pas un coup de fil, rien... Les enfants s'agitaient de plus en plus, j'irai les coucher une fois que j'aurai fini de mettre les repas de Lee au frais, a peine ai-je eu le temps de refermer la porte du frigo que j'entendais un bruit sourd et des pleures. J'accouru dans le salon, Léna était allongé par terre entrain de pleurer.

Mathis : maman, elle saigne de la tête !

Oh nan... Cool pas ce soir. J'eu a peine le temps de réfléchir, je pris un papier ou j'écrivis à Lee de me téléphoner dès qu'il arrivait, que j'étais parti aux urgences, je pris Léna dans mes bras qui ne cessait de pleuré, mis tout le monde en voiture et arriva quelque minutes après aux urgences de l'hôpital. Lee, pourquoi t'es jamais là quand il le faut. Voila, aujourd'hui, il ratait la première fois qu'un de ses enfants allaient à l'hôpital... Je descendis de la voiture avec Léna dans les bras, Emma qui me tenait la main et Mathis qui tenait la main de sa sœur. Quand on entra dans les urgences et après quelque minutes d'attente, un médecin m'interpella.

Médecin : je peux vous aidez ?

Nan, nan, je suis venu là pour visiter ! Tête de con va ! Léna s'était endormis a force de pleurer.

Moi : ma fille est tombé et je penses que...

Médecin : laquelle ?

Moi : à votre avis, celle qui dors ou celle qui joue a saute mouton avec son frère ?

Les nerfs commencent à lâcher, et croyez moi sur parole, c'est pas bon signe...

Médecin : celle qui dort naturellement

Moi : alors les questions qui servent a rien, on s'en passe !

Médecin : oui excuser moi. Bien...

Il souleva la mèche de cheveux qui cachait la plaie.

Médecin : je penses que 3 points de suture suffiront.

Moi : vous allez la recoudre là ?

Médecin : et bien oui, vous me la confier ? Je reviens, en 15 minutes ça devrait être fait !

15 minutes aux urgences ? Laissez moi rire... Il prit Léna dans les bras et s'éloigna lentement, elle allait bientôt se réveillé, et j'aimerai pas être à leur place...

Moi : bon, on se calme là ! On s'assoie et on bouge plus ! C'est clair ?

Mathis : oh, oh, maman est pas contente !

Ils coururent s'asseoir sur une chaise chacun en m'en laissant une au milieu d'eux, je pris place, chacun posa sa tête sur mes jambes et en quelque minutes, ils s'endormirent. Le temps passait, et Léna ne revenait toujours pas, le temps passait et Lee ne téléphonait toujours pas. Le médecin apparut quand même à 1h du matin... Il portait Léna se qui signifiait qu'elle dormait aussi.

Médecin : je suis désolé pour le retard mais quand on lui a fait ses points de sutures un cas grave est arrivé et on a du enchaîner directement, elle s'est endormis sur un brancard.

Moi : c'est rien.

Il déposa Léna sur une chaise qui s'allongea confortablement sur les fesses de son frère. Il partit et revient avec un formulaire, encore une demi heure de perdu, bref quand j'eu fini de tout remplir, il s'éloigna et me laissa toute seule avec les trois enfants. C'est comique, comment je vais les emmener tous les trois dans la voiture, j'suis pas wonderwoman moi ! Je m'apprêtais à les réveillé quand...

Homme : ne les réveillez, se serait bien bête ! Ils ont l'air profondément endormis...

Moi : c'est que j'ai pas le choix, je peux en porter deux, et encore...

Homme : je vais vous aidez, vous êtes garer loin ?

Moi : non, ça va, merci.

Il prit les deux filles qui étaient les plus faciles a attrapé, et moi, je pris Mathis, on les installa dans la voiture.

Moi : merci, vraiment.

Homme : de rien, mais si je peux me permettre, votre mari... ?

Moi : il est occupé sans doute.

Homme : a 2h du matin ?

Moi : oui, je suppose que c'est le travail.

Homme : c'est pas que je veux vous effrayé mais, vous êtes sur ?

Moi : certaine, enfin, ils est avec ses amis, ça c'est sur.

Homme : vous êtes courageuse alors.

Moi : on apprend à le devenir. Je vais rentré, au revoir.

Homme : oui.

Il s'éloigna. Le problème des enfants se posa une secondes fois. Tans pis, je devrai m'en sortir toute seule, Lee n'était visiblement pas rentré, toutes les lumières étaient éteintes. Et comme par miracle, Mathis ouvrit les yeux.

Mathis : on est arrivé ?

Moi : oui

Mathis : tu me porte ?

Finalement, c'est pas si miraculeux, je sors les clés de la maison et vais rapidement ouvrir, quand je reviens, je prends Emma et Léna dans mes bras.

Moi : ferme la voiture a clef !

Mathis : maman !!!!

Moi : ferme la voiture et monte sur mon dos...

Mathis : ouaiiis

Qu'est-ce qu'il faut pas faire... Il appuya sur le bouton de la clé, la voiture se ferma, je me baissa, il monta sur mon dos... J'ai eu un peu de mal à me relever mais bon. Une fois arriver, je déposais chacune des filles dans leur chambre et Mathis dans la sienne. La maison était étrangement calme mais parfois, un bon coup de silence ça fais du bien. Je retourna dans la cuisine, prit le mot que j'avais laisser à Lee et le froissa avant de le jeter à la poubelle. Je rejoignis ma chambre et après quelque instant, je m'endormis. Sur les coups de 4 heures du matin, je sentis Lee se glisser dans le lit. Il murmura un vague "j'suis vraiment un connard" et se coucha. J'avais envie de lui répondre que oui, c'était un pauvre con mais finalement, je me blottit contre lui. Sur les coup de 10 heures, les enfants arrivèrent et sautèrent sur le lit.

Les enfants : PAPA, PAPA, PAPA, PAPA !!!!!!

Lee ouvrit ses bras et ils lui sautèrent dessus. Moi je sortit du lit et descendit à la cuisine pour faire un petit déjeuné. Ils descendirent une demi heure pus tard, s'installèrent à table.

Moi : je vais prendre ma douche.

Lee allait répliqué mais sans le vouloir, Mathis fit diversion.

Mathis : tu nous as acheté des cadeaux ?

Lee : ça ce demande pas ça, c'est pas très poli !

Mathis : pardon

Lee : mais oui ! Je vous en ai acheté plein plein ! On finit de manger et vous les ouvrez pendant que je vais parler a maman.

Je crois qu'il n'avait même pas remarqué que Léna avait un pansement et des point de sutures... Comme promis, il donna les cadeau aux enfants et entra dans la salle de bain.

Lee : qu'est-ce qui va pas ?

Moi : rien, tout va bien ! Pourquoi ?

Lee : tu sais, je te connais bien et je sais que sa ne va pas.

Moi : tu es rentré tard hier soir

Lee : je sais, je suis désolé, on a fêté la fin de la tournée et, j'ai pas vu le temps passer

Moi : et bien t'as de la chance, moi je l'ai vu passer le temps aux urgences !

Lee : quoi ?

Moi : et ne me dis pas que tu n'as pas vu la blessure de guerre de Léna...

Lee : mais je... ce qu'elle a au front ?

Moi : oui, c'es ça. Elle est tombé hier soir, je t'avais laissé un mot pour te dire de nous rejoindre aux urgences mais je m'en veux d'avoir gâcher du papier.

Lee : merde... je suis désolé, pourquoi tu m'a pas appelé ?

Moi : tu n'aurai pas répondu, on entend pas son portable quand on boit avec ses potes...

Lee : remet pas ça sur leur dos hein, c'est de ma faute.

Moi : je ne remet rien sur leur dos ! De toute façon, ils ont toujours raison !

Lee : oh, mais arrête avec ça !

Moi : avec quoi ?

Lee : pourquoi tu leur reproche toujours des milliers de trucs ?

Moi : mais je ne leur reproche rien, c'est toi qui est sur la défensive, et pis c'est toi qui est en tord !

Lee : je sais, n'en rajoute pas !

Moi : tu repars quand ?

Lee : pourquoi tu me demande ça ?

Moi : pour savoir a partir de quand je dois commencer a préparé Léna à un nouveau départ.

Lee : elle le vit si mal que ça ?

Moi : faut croire que oui.

Lee : j'en sais rien, mais pas avant un bout de temps !

Moi : tans mieux ! Bon je vais me recoucher un peu, j'ai mal dormis

Lee : t'es sur que ça va ?

Moi : je suis a bout ces temps-ci, c'est tout, maintenant que t'es là, je vais pouvoir dormir un peu plus.

Lee : tu m'inquiète un peu tu sais ?

Moi : t'as tord de t'inquiété, je vais bien, tout le monde va bien !

Lee : les autres peut être mais ma femme est dans un sale état... t'es toute maigrichonne et toute pale.

Moi : fou moi la paix !

Lee : certainement pas ! Tu vas mal et j'ai pas envie que t'aille mal !

Moi : occupe toi un peu de tes enfants, et peut être que tout le monde ira mieux !

Je sortis en claquant la porte. J'entrai dans ma chambre et me recoucha, j'aimais Lee plus que tout mais j'étais fatigué... fatigué de toujours devoir attendre qu'il comprenne que tout va mal quand il n'est pas là... Je l'entendit chahuter quelque temps avec les enfants puis il du leur mettre un film parce qu'on les entendait plus, il arriva quelque minutes plus tard dans la chambre.

Lee : tu dors ?

Moi : oui

Lee : très bien, alors je voulais juste m'excuser et...

Moi : je t'ai dis que je dors, laisse moi !

Lee : qu'est-ce qui va plus ?

Moi : tout... je suis fatiguée Lee, fatiguée de faire des aller retour a l'école, fatiguée d'entendre les enfants se battrent, pleurer, hurler... fatiguée de ce putain de boulot de serveuse, fatiguée que ce putain de patron me fasse du rentre dedans, fa...

Lee : pardon ?

Moi : t'as bien entendu, je suis fatigué d'être amoureuse de toi...

Lee : nan mais j'vais me le faire ton patron... euh, t'as dit quoi... comment ça t'es fatigué d'être amoureuse de moi ?

Moi : et c'est pas des paroles en l'air Lee, tout ça je le pense, crois moi, ça me fait mal de te le dire et encore plus de le penser mais être amoureuse d'un coup de vent c'est pas facile ! J'ai plus de force, plus rien, j'arrive même plus a calmer les enfants, à la moindre dispute j'ai envie de pleurer tellement j'en suis fatigué...

Lee me prit dans ses bras

Lee : je te promets que plus jamais je ne te laisse, je veux pas que tu sois dans cet état quand je rentre... Je t'aime tellement...

Moi : ne fais pas des promesse que tu ne tiendra pas, 3 ans que tu pars a droite et a gauche, je ne sais même pas ce que tu fais et avec qui tu le fait et je...

Lee : je tiendrai ma promesse.

Moi : tu vas pas quitté le groupe quand même ?

Lee : nan, bien sur ! On part en Asie dans 15 jours !

Moi : oh bah c'est déjà ça, tu va tenir ta promesse 15 jours !

Lee : tu veux venir avec moi ?

Quand je réalisa ce qu'il venait de me dire, j'explosa de rire.

Moi : pardon, mais là c'était trop drôle !

Lee : qu'est-ce qu'il y a de drôle ?

Moi : et les enfants ?

Lee : ils viennent bien sur !

Moi : très drôle et l'école ? mon travail ?

Lee : ton travail, on s'en fou ! Ton patron est...

Moi : on s'en fou ? Je m'en fou de ton groupe ?

Lee : c'est pas ça que je voulais dire ! Mais... écoute, il te fait quoi comme rentre dedans ton patron ?

Moi : c'est rien...

Lee : répond...

Moi : Lee, c'est pas tes affaires !

Lee : bien sur que si !

Moi : rien, il me fait juste des avances...

Lee : pardon ?

Moi : bon hey, jte fais pas une scène quand une fan t'envoi une lettre enflammer !

Lee : la fan risque pas de me violé ou je ne sais quoi !

Moi : mais arrête !

Lee : peut importe, tu démissionne, c'est tout

Moi : va te faire foutre, toi et ta tournée ! sors d'ici !

Lee : tu veux pas venir alors ?

Moi : moi nan, mais demande aux enfants, je penses que ça leur ferait énormément plaisir !

Lee : tu sais bien que je ne peux...

Moi : je sais, je sais...

Lee : je ne partirai pas sans toi.

Moi : c'est bête tu risquerai de manquer ta tournée !

Lee : je te connais bien, et je sais que tu ne penses pas ce que tu dis...

C'est dingue, il a le don de m'énervé quand il a raison... Mais je n'irai pas en Asie avec lui. Quitte a partir au dernier moment ! Lee m'embrassa.

Lee : les enfants ! On fait les valises ! On va en Asie !

Les petits ne mirent pas plus de 30 secondes pour arriver en sautant dans tous les sens... Les 15 jours passèrent a une vitesse folle, j'avais fait les valises et Lee n'avait même pas remarqué que je n'avais pris aucune de mes affaires. Il y avait les siennes et celles des enfants. Il voulait être plus souvent avec les enfants et que je prenne des vacances et bien voila, il serait avec les enfants et j'aurai des vacances, pas que les enfants me fatigue mais me reposer en tournée avec les enfants et Duncan sur le dos, c'est pas des vacances et la je crois que si je fais pas une pause, je vais craqué. Enfin, on est donc a l'aéroport, rien que de voir Duncan me regarder j'en avais mal au ventre. En fait, avec Duncan, on se déteste pas, loin de là... Il y a eu pas mal d'histoire d'ailleurs et pour ne pas que Lee ne s'engueule définitivement avec lui, on a préféré faire comme si on se détestait pas facile... enfin. J'ai un peu peur que mon plan foire et que je me retrouve en Asie sans fringue... lol, On salut donc tout le monde puis on avance vers le terminal, comme on était encore en retard, l'avion est prêt a décollé.

Moi : Lee, laisse moi mon billet, montez, je reviens, je vais vite fais au toilette, je vous rejoins dedans !

Lee : y'a des toilettes dans l'avion !

Moi : Lee, j'ai pas le temps !

Lee me tendit mon billet d'avion et m'embrassa, je m'attarda sur ces lèvre un peu plus que prévu, après tout, un mois sans mon mari, ce serait pas rien.

Duncan : et bah, on dirait un adieu, tu vas juste au chiotte !

Moi : ta gueule, Duncan !

Lee : commencez pas...

Mon regard croisa celui de Duncan, il sourit légèrement.

Moi : c'est lui qui me cherche ! Bon a tout a l'heure !

Emma : maman, je peux venir avec toi ?

Je fis mine de ne rien entendre !

Moi : aller, tout le monde suis papa, je reviens ! Et tu m'en perd pas un en route !

Lee : mais oui, c'est bon ! A tout de suite !

Je m'éloigna en les regardant monté dans l'avion. Je sortis de l'aéroport, appela un taxi et rentra chez moi. Dans l'avion :

Mathis : papa, c'est quand qu'on décolle ?

Lee : pas tout de suite, tu vois bien que maman est pas encore là, d'ailleurs je sais pas ce qu'elle fait !

Duncan : Lee, on décolle !

Lee : mais nan !

Duncan : si t'avais écouté l'hôtesse tu aurai su que si !

Lee : mais on peut pas partir là ! elle est pas monté !

Mathis : alors, on décolle ?

Lee : oui, mais...

Mathis lui tendit une enveloppe que je lui avais donné, Lee se hâta de l'ouvrir.

"J'espère que tu sera content, tu es avec les enfants et je prends des vacances ! A dans un mois, je t'aime !"

Lee : oh nan, j'y crois pas !

_________________

Et voila, j'espère que ça te plait ! MDR
Biz0ux <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
misslee02

avatar

Nombre de messages : 141
Age : 29
Localisation : vers lyon
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Jeu 13 Sep - 16:07

"J'espère que tu sera content, tu es avec les enfants et je prends des vacances ! A dans un mois, je t'aime !"

Lee : oh nan, j'y crois pas !


eh bah fo croire que si mon ptit Lee mdr Razz Embarassed
et ta bien fé de lui fer ça lol ça lui fé les pieds non mé oh ! Laughing
tkt ça me plaît toujours ! cheers Very Happy
la suiteeeeeeeeeeeee bounce bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noiram38.skyblog.com
Ch0upy



Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Jeu 20 Sep - 15:38

CHAPITRE 3

Emma : je veux mamannnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn !

Lee : bon, bon, on se calme !

Mathis : j'aime pas l'avion, c'est trop nul !

Lee : d'accord, je prend note !

Léna : papa, j'ai faim !

Lee : bon, bon, vous attendez qu'on arrive a l'hôtel et on règle tous les problèmes, c'est clair ?

Les enfants : oui

Duncan : on est dans une belle merde !

Mathis : hey t'as dis un gros mot !

Duncan : c'est la fin du monde !

Emma : où ?

Mathis : mais l'écoute pas, ça existe pas la fin du monde !

Emma : ah d'accord !

Duncan : et bah, on sait d'où ça vient tout ce bavardage, votre père n'a pas sa langue dans sa poche et la mère non plus d'ailleurs ! Aller, il faut faire dodo les enfants !

Léna : mais laisse nous, on fait qu'est-ce qu'on veut ! Et on veut pas dormir !

Lee : Léna ! Bon, on fait un jeu !

Les enfants : OUAIIIIIIIIIIIIIIS !

Mathis : c'est quoi ?

Lee : le roi du silence !

Emma : et qu'est-ce qu'on gagne !

Lee : le droit de parlé a maman au téléphone !

Aussitôt le silence s'installa.

Lee : pas un bruit jusqu'a l'hôtel.

A peine eut-il finit sa phrase que la voiture dans laquelle il était se gara. Les portes s'ouvrirent...

Mathis : on veut parler a maman !

Lee : dans la chambre, aller, prend les mains de tes sœurs.

Mathis s'exécuta aussitôt. Quand ils furent dans la chambre, Lee les assis sur le lit et composa le numéro de Mélanie. C'était son répondeur.

Lee : rappel moi, je crois qu'il faut qu'on parle. Je t'aime.

Il raccrocha

Emma : et nous ?

Lee : dès qu'elle rappel c'est promis !

Mathis : papa, pourquoi y'a plein de chinois ?

Lee : parce qu'on est en Chine !

La fin de journée se déroula... plutôt difficilement. Les enfants réclamait Mélanie a longueur de journée et Lee n'avait pas pu resté près d'eux comme ils l'auraient souhaité, ils avaient eu des répétitions car dès le lendemain soir, ils avaient un premier concert. Ils étaient a présent minuit, les enfants dormaient depuis quelques heures déjà et Lee allait s'endormir quand il sentit quelqu'un tiré sur les draps de son lit.

Lee : bah Emma, qu'est-ce que tu fais ?

Emma : je veux voir maman

Elle avait des larmes dans la voix ce qui fit un pincement au cœur de Lee. Il n'avait pas l'habitude de voir ses enfants triste.

Lee : bah alors, faut pas pleuré mon cœur, viens là.

Il l'aida a se hissé sur le lit.

Emma : mais pourquoi elle est pas venu ? Elle nous aime plus ?

Lee : bien sur que si elle vous aime toujours !

Emma : et toi ? Elle t'aime pareil ?

Lee : je suppose que oui, pourquoi ?

Emma : une fois, maman m'a dit qu'elle était en colère a cause de toi !

Lee : quand ça ?

Emma : et bah tu sais, toutes les nuits elle est triste et pis elle pleure.

Lee : ah bon ?

Emma : bah oui, des fois je l'entends et pis une fois je lui est demandé et elle m'a dit que c'est parce qu'elle était en colère contre toi.

Lee : et tu dors jamais ?

Emma : bah si voyons ! Mais c'est quand je vais faire pipi !

Lee : t'y va encore tout le temps ?

Emma : oui, mais je fais plus pipi au lit ! C'est promis !

Lee : c'est bien. Mais faut dormir maintenant

Emma : papa, on va faire quoi demain ?

Lee : comme aujourd'hui

Emma : oh nan... c'est nul

Lee esquissa un sourire, a vrai dire c'était la première fois depuis pas mal de temps qu'il était seul avec ses enfants et il ne savait plus trop comment s'y prendre. C'est là qu'il prit conscience que sans Mélanie, il n'était plus rien...

Emma : papa, j'aimerai bien voir maman

Lee : je vais essayé de tout arranger. Je te le promet. Mais maintenant, va au toilette et recouche toi.

Elle se dirigea vers les toilettes et en sortit quelque minutes plus tard.

Emma : papa, je peux dormir avec toi ?

Il l'aida a grimpé sur le lit une seconde fois et ils s'endormirent. Durant la nuit, Mathis réveilla Léna et ils allèrent tous les deux rejoindre Lee et Emma. Le lendemain, Duncan entra, sans demander la permission, dans la chambre.

Duncan : oh si c'est pas mignon !

Lee : mais qu'est-ce tu fou là ?

Duncan : bah c'est qu'il est 11h alors...

Lee : déja ? Merde...

Duncan : aller, debout la dedans !

Mathis : mais, t'es chiant toi !

Duncan : toi, t'as parlé avec ta mère !

Lee finit par sortir du lit

Lee : mais qu'est-ce que vous faite tous là ?

Léna : on voulait venir !

Lee : ok, aller, tout le monde debout !

Duncan : ooooh ! Les Ryan en pyjama !

Lee : mais quel relou !

Duncan : aller, dans 45 minutes vous êtes en bas et on part pour la salle de concert !

Il sortit de la chambre. Lee et les enfants furent près à l'heure, avec des râlements et des chouinements mais à l'heure. La journée fut aussi longue que la précédente et Lee espérait que les enfants s'endormiraient avant qu'il n'entre sur scène, mais bien sur ils pétaient la forme, quand Lee dut rentrer sur scène, il les laissa en toute confiance a une jeune stagiaire. Tout le concert ce déroula a merveille, enfin, côté scène... Parce que côté coulisse, les choses avaient mal tourné... La stagiaire avait accepté de joué au cow-boy et aux indiens, par manque de chance, elle fut désigné cow boy... lui avait fait croire que pour le jeu il fallait qu'elle s'assoit sur la chaise et qu'elle se laisse attaché... Maintenant elle était enroulé de scotch de déménagement et n'arrivait plus a bouger, quand aux enfants ils étaient partis faire un tour dans les couloirs des coulisses en disant à la stagiaire qu'une fois qu'elle serait délivré, il faudrait qu'elle les trouve parce qu'ils se seraient cachés...

Mathis : aller les filles, faut pas faire de bruit, comme ça elle nous trouvera pas !

Emma : on a cas rentré ici !

Léna : cro bonne idée !

Ils rentrèrent tous les trois dans une espèce de caisse ou on rangeait le matériel de musique et attendirent... La fin du concert approcha et quand Lee retourna dans sa loge et vit la stagiaire attaché et a moitié endormis sur sa chaise, il cru que son cœur allait sortir de sa poitrine. Il aida la stagiaire a se détacher.

Lee : mais ils sont où mes enfants là ?

Stagiaire : mais j'en sais rien, ils m'ont scotché sur la chaise et ils sont partis jouer à cache-cache, alors ils sont sans doute caché !

Lee : caché ? Nan mais vous avez la taille de la salle de concert ? Et les sous-sol ?

Stagiaire : je sais... je suis vraiment désolé monsieur mais je...

Lee n'attendit pas la fin de la phrase, il sortit en courant. Il tomba nez à nez avec Duncan

Duncan : qu'est-ce qui t'arrive ?

Lee : les petits on attaché la stagiaire et se sont barré j'sais pas où !

Duncan : ouais, bah calme toi un peu ! On va les retrouver !

Lee : bien sur qu'on va les retrouver !

Il partit et pendant près d'une heure il courut dans tous les couloirs en hurlant lesS nom de ses enfants, aucun d'eux ne répondaient. Ils jouaient tranquillement dans leur caisse, ils jouaient tellement bien qu'ils n'avaient pas remarqués que la caisse avait bougé et qu'a présent, ils étaient en route pour un dépôt, la où chaque caisse qui n'avait plus aucune utilité était déposée. A présent, tout le monde s'était mis a cherché les enfants mais ils n'allaient pas les retrouver de si tôt... Et Lee se voyait très mal annoncer à Mélanie qu'il avait perdu les enfants...

________________________

Et voilaaaa ! Désolée du retard, j'avais a faire avec les papiers de la fac XD
Biz0ux <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stef

avatar

Nombre de messages : 338
Age : 33
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Jeu 20 Sep - 16:20

j'adore la suite please
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
misslee02

avatar

Nombre de messages : 141
Age : 29
Localisation : vers lyon
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Jeu 20 Sep - 21:58

>>>> Emma : mais pourquoi elle est pas venu ? Elle nous aime plus ?

ro pauvre puce ! Crying or Very sad

>>>> Mathis : papa, pourquoi y'a plein de chinois ?

mdrrrrrrr Razz

>>>> Lee : et tu dors jamais ?

Les Ryan sont jamais fatigués voyons lol Laughing

>>>> Durant la nuit, Mathis réveilla Léna et ils allèrent tous les deux rejoindre Lee et Emma.

Trop mignon !!!! jles vois bien ^^ I love you

>>>> Maintenant elle était enroulé de scotch de déménagement et n'arrivait plus a bouger.

Des diables ces Ryan srx mdr Razz
mais surtout futés!! très futés lol Razz

>>>> Et Lee se voyait très mal annoncer à Mélanie qu'il avait perdu les enfants...

bah tu m'étonnes s'il est mal là Embarassed Question

ça va finir komen tt ça? confused
la suite j'adore tropppppppppppppppp Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noiram38.skyblog.com
Ch0upy



Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Mar 25 Sep - 1:23

CHAPITRE 4 :

Lee était dans un tel état de nerf, que personne n'osait l'approcher. Il tremblait et était sur le point de craquer. Comment avait-il pu perdre ses propres enfants ? Ou plutôt comment avait-il pu faire confiance a une fille qu'il connaissait à peine ? Ou alors, pourquoi était-il si mauvais père ? Voila les questions qu'il se posait depuis à présent 4 longues heures. Personne ne les avait retrouvé. La police avait été contacté et Lee songeait à présent à téléphoner à Mélanie. Il prit son portable et attendit encore 20 minutes, il voulait être sur que les enfants n'arrivent pas entre temps, il serait près à tout leur pardonné et ne jamais les engueuler mais pour ça, il fallait qu'il les retrouve. Il tomba évidement sur la messagerie, elle devait filtré ses appels. Il appela à chez lui, ils avaient un de ces répondeurs qui enregistre les messages à haute voix. La aussi il fut directement affecté à la messagerie.

Lee : écoute, Mélanie, je sais que t'es là. Et il faut que tu décroche.

Mélanie qui était entrain de regardé la télé fut inquiète d'entendre la voix de Lee si calme, Lee n'était jamais calme. Mais elle se dit que peut-être il faisait ça pour qu'elle décroche, elle le laissa parler.

Lee : il y a eu un problème avec les enfants et je compte pas le dire sur une messagerie alors décroche, s'il te plait !

Mélanie hésita puis décrocha.

Mélanie : mais qu'est-ce que tu raconte ?

Lee : oh bah enfin ! Pourquoi tu décroche pas ? T'es malade de m'avoir fait ça !

Mélanie : y'a pas de problème avec les enfants hein ?

Lee : il faut que tu vienne en urgence.

Mélanie : quoi, il leur est arrivé quelque chose ? Ils ont eu un accident ?

Lee : j'aurai bien aimer, au moins je saurais qu'ils sont à l'hôpital.

Le cœur de Mélanie s'accéléra. Elle ne voulait pas comprendre que ce qu'elle venait d'entendre.

Mélanie : qu'est-ce qui s'est passé ?

Lee : j'ai confier les enfants à une stagiaire le temps d'un concert et ils l'ont attaché sur une chaise et on les retrouve plus, ça fais 4 heures qu'on les cherche.

Mélanie n'eu plus de force, le téléphone tomba par terre et sans prendre le temps de raccroché elle prit quelque affaire et se dirigea vers l'aéroport, puis attendis le moment d'embarqué, elle téléphona à Lee. Elle était effondré et elle n'en voulait pas à Lee, elle s'en voulait à elle, si elle avait été là, jamais les enfants n'aurait disparu...

[¤¤¤]


Les enfants c'étaient endormis dans leur caisse. Quand un homme voulut la rangé, il la trouva plus lourde que les autres et l'ouvrit pour voir si du matériel n'y avait pas été oublier, et ce ne fut pas une guitare ou quelque chose dans le genre qu'il trouva... Mais 3 enfants. Il vit qu'ils n'avaient rien de chinois et partit cherché quelqu'un qui saurait sans doute leur parler. Quelque minute plus tard, quelqu'un arriva et réveilla les enfants.

Homme : ouhouh, les enfants ?

Mathis ouvrit les yeux et réveilla ses sœurs.

Mathis : hey, ils nous ont trouvé !

Homme : je m'appel Calvin. Et vous ?

Mathis : moi c'est Mathis, et pis elle Léna et elle Emma.

Emma : pourquoi tu me dire toujours en dernière ?

Mathis : parce que c'est comme ça !

Calvin : alors, où sont vos parents ?

Emma : maman est à la maison.

Calvin : et c'est où la maison ?

Léna : maman dis qu'on doit pas le dire aux inconnus.

Calvin : promis je dirais pas à votre maman que vous me l'avez dis.

Mathis : mais elle va se demander comment tu sais où on habite, alors elle saura qu'on t'as dis !

Calvin : mais nan, je lui dirai que j'ai trouvé tout seul !

Léna : et bah on habite au canada !

Emma : en je vais le dire à maman !

Mathis : et moi à papa !

Calvin : et votre papa, il est où ?

Mathis : en chine !!!!

Calvin : ah, quand même, et où ça en chine ?

Léna : bah en Chine, tu connais pas ?

Calvin : vous avez quel age ?

Les enfants : 3 ans !

Calvin : tous les 3 ?

Mathis : ouaiiis ! Bon, tu nous ramène à notre papa ?

Calvin : écouté, sans doute qu'ils lanceront un appel demain pour vous retrouvez, en attendant, vous allez venir chez moi, ma femme vous fera à mangé et demain, on ira cherché votre papa, ok ?

Les enfants : ouaiiiiiiiiiiiiiiiiiiis !

C'était une bonne intention de la part de Calvin, mais il ne savait pas qu'il était tombé sur une famille en pleine crise et qu'une nuit sans les enfants risquait d'être longue... très longue.

[¤¤¤]


Mélanie arriva à l'aéroport, Lee était venu la cherché en personne. Quand elle le vit, elle se jeta dans ses bras avant de l'embrasser. Elle s'était retenu tout le vol pour ne pas pleurer, mais là, elle ne se priva pas et fondit en larme. Lee la serra dans ses bras, il se sentait si impuissant, jamais il n'avait vu sa femme dans cet état, du moins quand elle était comme ça, il n'était pas là...

Lee : on va les retrouver, je te le jure.

Mélanie : si tu savais comme je m'en veux, si j'avais été là, jamais ça ne serait arrivé !

Lee : hey, toi aussi t'as le droit à des vacances !

Mélanie : mais j'ai...

Lee : arrête, t'es carrément crevé, on va rentré à l'hôtel et tu vas te couché.

Mélanie eut un petit rire nerveux

Mélanie : moi dormir quand je sais pas où sont nos enfants ? Tu te crois drôle là ?

Mélanie était à bout de nerf, Lee n'arrivait même plus à réagir à quoi que se soit.

Lee : bon alors, on va aller dans la chambre et on va s'asseoir sur le lit.

Mélanie : resté là sans rien faire ?

Lee : mais qu'est-ce que tu veux qu'on fasse ?

Mélanie : je sais pas, chercher ?

Lee : j'ai fais ça pendant 6 heures ! Et crois moi, ça sert à rien !

Mélanie : comment ça ?

Lee : ils sont plus dans la salle de concert, parce qu'on a fouiller les moindres recoins et ouvert toutes les caisses ou placards qu'on pouvait trouver ! Mais ils sont nul part et la chine c'est grand, alors a part attendre des nouvelles de la police, y'a rien a faire !

Mélanie : attendre ? attendre pendant qu'ils sont peut-être...

Lee : ils sont juste perdu, c'est moi qui te le dis, alors on va rentré, et tu vas te reposé.

Il la prit par la main et l'entraîna dehors. Là ils prirent un taxi et se dirigèrent à l'hôtel. Lee monta directement, Mélanie annonça qu'elle préférait resté un peu seule. Lee lui fit promettre qu'elle resterai dans le hall. Elle s'assit sur une chaise et attendit... Puis Duncan la rejoignit.

Mélanie : qu'est-ce que tu fais là ? Si Lee te voit il va pas...

Il embrassa Mélanie. Elle se laissa faire puis recula.

Mélanie : mais pourquoi tu fais ça ?

Duncan : ça faisait longtemps, c'est tout.

Mélanie : et au milieu d'un lieu public comme ça ? T'es pas bien, il suffit que quelqu'un nous est vu et on est...

Duncan : tais toi où je recommence !

Mélanie baissa les yeux.

Mélanie : c'est juste que c'est insupportable. Trouve toi une copine par pitié !

Duncan : j'y songe bien...

Mélanie : alors qu'est-ce que t'attend ? Tu sais bien comment ça spasse entre nous !

Duncan : bah justement nan... T'es tout le temps entrain de me dire qu'il faut que j'arrête de t'embrasser mais quand je le fais, tu te laisse faire, tu dis que tu veux pas que quelqu'un nous voit en public ensemble mais tu m'a laissé m'asseoir près de toi... Je comprend pas, nan.

Mélanie : c'est pas le moment, j'ai autre chose en tête là.

Duncan : c'est jamais le moment, mais faut bien qu'on en parle un jour !

Mélanie : pas aujourd'hui !

Duncan : pourquoi, c'est un des rares jours où je peux t'approché !

Mélanie : j'ai pas la tête à m'engueulé avec toi.

Duncan : on se gueule dessus a longueur de journée !

Mélanie : arrête, c'est bon !

Duncan : putain, mais il est où le problème là ?

Mélanie : le problème ? Nan mais t'ose me posé la question là ? Le problème c'est que je suis mariée à un mec que j'aime ! C'est clair ça ?

Duncan : c'est pour ça que...

Mélanie : la ferme Duncan, c'est vraiment pas le jour.

Duncan : c'est bon, t'énerve pas !

Mélanie : trop tard ! J'sais pas, tu pourrai au moins faire un effort, si c'est pas pour moi, fais le pour lui !

Duncan : c'était peut-être moi l'homme de ta vie.

Mélanie : s'il te plait... arrête.

Duncan : tu doute ?

Mélanie : ouais, beaucoup, je doute de la façon dont je vais t'assommé là ! Putain Duncan, fou moi la paix ! J'en peux plus de pas savoir où j'en suis, alors n'en rajoute pas tu veux ?

Duncan : très bien.

Duncan l'embrassa une dernière fois, comme d'habitude, elle ne le repoussa pas. Elle préféra monté rejoindre Lee avant de courir sur la route pour se faire écrasé par une voiture. Quand Lee vu sa mine déconfite, il l'a prit dans ses bras. Comment pouvait-elle lui faire ça ? C'était un amour...

Lee : bah ça va pas ?

Mélanie : Lee... tu me pose vraiment la question ?

Lee : oui, parce que t'as l'air encore plus mal que tout à l'heure, il s'est passé quelque chose ?

Mélanie : je suis désolé Lee.

Lee : pourquoi t'es désolé, je te dis que t'y est pour rien.

Mélanie : je parle pas de ça, je suis tout le temps entrain de te faire tourner en bourrique et entrain de me plaindre alors que tu fais tout pour que tout aille mieux...

Lee : et bah je vois que les nerfs lâchent ! Couche toi.

Mélanie : Lee, je te fais des excuses là.

Lee : c'est gentil, mais t'as pas à m'en faire.

Mélanie : pourquoi ?

Lee : parce que moi aussi jte mène la vie dur à jamais être là !

Mélanie : je suis désolé.

Lee prit sa femme dans ses bras et déposa un baiser sur son front avant de l'embrassé passionnément. De là, il l'allongea sur le lit. Ils auraient sans doute été plus loin, mais Duncan frappa à la porte. Ils ne voulurent pas ouvrir, mais Duncan insistait. Mélanie resta allongé et Lee alla ouvrir.

Duncan : ça va la dedans ?

Lee : euh oui, pourquoi ?

Duncan : nan c'est juste que je pensais venir vous tenir un peu compagnie, on sait jamais, tous les deux tout seul vous risquez de broyer du noir...

Lee hésita un instant puis...

Lee : entre, vas y.

Quand Duncan vit Mélanie sur le lit, il eu un léger sourire.

Lee : je reviens, je vais juste pissé alors vous entre tuer pas !

Duncan : très drôle.

Lee s'enferma dans la salle de bain.

Duncan : je suis venu pour m'excuser !

Mélanie : ah oui, et s'il était pas parti, t'aurai fais comment, tu m'aurai fais passé un mot ?

Duncan : bon, tu peux pas être un peu aimable, j'viens m'excuser !

Mélanie : c'est gentil, mais j'suis a bout de nerf là.

Duncan : bon, alors, on fait comment ?

Mélanie : comment ça on fait comment ?

Duncan : bah pour nous deux...

Mélanie : mais y'a jamais eu de nous deux Duncan...

Duncan : jamais ?

Mélanie : une fois, et tu te souviens les problèmes qu'il y a eu ? J'ai faillit jamais me marier, alors sa suffit.

Duncan : ça fait 3 ans qu'on cache pas mal de chose...

Mélanie : mais la ferme, ça va pas ou quoi, il est juste à côté.

Duncan : embrasse moi une dernière fois

Mélanie : nan mais tu rêve Duncan. S'il te plait, arrête maintenant.

Lee sortit.

Mélanie : bon je crois que je vais aller faire un tour moi.

Duncan : pourquoi ?

Mélanie : à ton avis ? Faut que je réfléchisse.

Duncan : à quoi ?

Mélanie le regarda droit dans les yeux. Il comprit qu'elle devait réfléchir à eux. Elle aimait Lee plus que tout et si elle devait choisir, Duncan n'avais aucune chance, mais il était toujours là à compliquer les choses...

Lee : je préfère pas que tu sorte seule.

Duncan : alors c'est moi qui sort.

Mélanie se rassit sur le lit. Duncan sortit en murmurant un "à demain".

Lee : je vous comprendrais jamais.

Mélanie : pourquoi ?

Lee : bah quand même... t'as couché avec lui je veux dire, vous vous entendiez plus que bien et là, vous vous détesté...

Mélanie : quoi, tu préfère que je continu de couché avec lui ?

Lee : nan, t'énerve pas c'est bon, c'était juste une question comme ça...

Mélanie : désolé, mais ne pas savoir où sont les enfants, ça me rend folle. Je les aime tellement, je veux pas qu'il leur arrive quelque chose.

Lee : tout va bien se passé, je suis sur que tout rentrera dans l'ordre dès demain.

Mélanie : tu crois ?

Lee : j'en suis sur. Peut-être que tu devrais te reposé.

Mélanie : peut-être...

Mélanie fouilla dans son sac, en sorti une chemise de nuit qu'elle enfila, puis elle se glissa dans les draps, Lee alla quelque minutes plus tard se couché près d'elle. Elle se blottit dans ses bras et finit par s'endormir. Lee ne trouva pas le sommeil, il se contentait de regarder Mélanie... Il la connaissait par cœur et il savait que même si ne pas savoir où était les enfants la rendait folle, quelque chose d'autre lui tracassait l'esprit et i avait comprit tout a l'heure que ce quelque chose était Duncan. Il avait réfléchis tout le temps qu'elle avait dormis et il s'était dis que la prochaine fois que Duncan, Mélanie et lui se retrouvait dans la même pièce, il demanderai des explications. Des explications de quoi, il n'en avait aucune idée mais il les demanderait... Il était à peu près 9 heures quand Mélanie ouvrit les yeux. Pile à cette heure-ci, quelqu'un frappa à la porte... C'était Duncan et Lee avait bien l'intention de comprendre ce qui ne tournait pas rond...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ch0upy



Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Mar 25 Sep - 1:28

Calvin : les enfants ? Vous avez bien mangé ?

Mathis : merci monsieur et madame ! C'était très bon !

Emma : on en remangera demain ?

Calvin : a midi, si vous le voulez !

Léna : ouaiiiiiiis !

Calvin : vous vous couchez à quelle heure en général ?

Mathis : quand maman dit "au lit les mômes !"

Calvin : c'est quand ?

Emma : bah le soir !

Calvin : vous êtres fatigué ?

Léna : un tit peu !

Calvin : alors c'est que c'est l'heure. Venez, on vous a aménagé un lit dans le canapé.

Les enfants ne se couchèrent jamais aussi vite que cette fois là. Calvin et sa femme, Suzy, parlaient dans la cuisine.

Suzy : nan mais t'as déjà vu ça toi ? Perdre ses enfants dans une boite ?

Calvin : c'est eux qui se sont caché !

Suzy : et alors ! Ils n'ont cas les surveillé, parents indignes ! Ils mériteraient qu'on les fasse attendre encore un peu avant de leur rendre !

Calvin : ils doivent mort d'inquiétude ! On peut pas faire ça !

Suzy : oh que si on peut le faire ! Et on va le faire, j'suis sur que les parents sont des jeunots qui pensent qu'à eux, ils vont apprendre à paniquer pour leur enfants !

Calvin : les enfants voudront voir leur parents !

Suzy : on les garde quelques jours !

Calvin : je sais que t'as toujours voulu avoir des enfants, mais prendre ceux des autres...

Suzy : je ne les prend pas, je les garde parce que leur parent ne sont pas fichu de les garder !

Calvin : très bien, mais seulement quelques jours !

Suzy : 5 !

Calvin : 2 !

Suzy : 4 !

Calvin : 3 !

Suzy : va pour 3 !

Elle sourit en regardant à travers la porte les enfants endormis, ils voulaient donner une leçon à Lee et à Mélanie, mais peut-être que le moment était mal choisi pour ce genre de leçon et peut-être que touché aux enfants n'était pas la meilleure des solutions...

[¤¤¤]

Duncan : alors, les amoureux, ça va ?

Mélanie n'avait pas apprécié le ton sur lequel il avait prononcer "les amoureux"

Lee : bof, on a eu aucune nouvelle pour les enfants, rien.

Duncan : ça va venir, je voulais savoir si vous alliez mangé quelque chose ?

Mélanie : nan

Lee : si

Mélanie : pourquoi ?

Lee : parce qu'il faut manger ! Mais avant, j'aimerai savoir quelque chose.

Mélanie sentit son cœur accéléré, tout comme Duncan sentit le sien passé à la vitesse supérieur.

Mélanie : bah, qu'est-ce que tu veux savoir ?

Lee : je sais pas, à vous de me le dire ?

Duncan : euh, de quoi tu parles ?

Lee : bah je sais pas, ça fais à peu près 3 ans que vous vous tirez tout le temps dans les pattes sans raisons valable, je veux savoir pourquoi !

Mélanie : là ? Maintenant ? Tu peux pas choisir un autre moment pour comprendre que je l'aime pas ?

Lee : tu l'aime pas ou... tu l'aime trop ?

Mélanie : attend, ça veut dire quoi ça ?

Lee : tu sais très bien ce que ça veut dire ! Alors maintenant que le débat est lancé, autant se lâché hein ?

Duncan : mais de quoi tu parles là ? Tu pète une durite ou quoi ?

Lee : nan j'ouvre les yeux, tout simplement !

Mélanie : nan, j'comprend pas là

Lee : tu sais, j'suis si aveugle que ça ! Jvois bien que vous vous détestez pas tans que vous le prétendez...

Duncan : on se parle jamais, comment tu veux qu'on s'apprécie ?

Lee : mais allez y prenez moi pour un con ! Vous gênez pas surtout !

Mélanie : bon, hey tu vas te calmé là, on te dis qu'il y a rien alors c'est bon, tu te détend là !

Lee : c'est toi qui est sur les nerfs !

Mélanie : normal, t'as perdu les enfants !

Lee : répète ?

Mélanie : t'as perdu les enfants !

Lee : oh, excuse moi mais si madame avait pas voulut des "vacances" on en serait pas là !

Mélanie : parce que c'est de ma faute maintenant ? Nan mais t'es qu'un abruti toi ! T'es jamais à la maison, tu sais pas ce que c'est que d'être fatigué par les gosses !

Lee : tu crois que j'aime ça être loin de vous a longueur de temps ?

Mélanie : assez pour continuer de le faire en tout cas !

Lee : tu me reproche quoi là ? Soit plus clair je comprend pas ?

Mélanie : je te reproche des milliards de choses très évidentes ! Mais toi, t'es aveugle pour voir que parfois j'aurai besoin de te voir, même si c'est 30 minutes entre deux interviews juste parce que quand t'es pas là, je pète un câble ! Alors imagine un peu le nombre de câble que j'ai pété là !

Lee : tu sais, quoi, tu me saoule !

Mélanie : pardon ?

Lee : t'as très bien entendu !

Mélanie : j'ai réfléchis des millions de fois à plusieurs solutions pour arrangé toutes ces histoires, et le plus drôle, c'est que chaque fois, je tombe sur le même résultat !

Lee : et c'est quoi ?

Mélanie : le divorce...

Lee se radoucit aussitôt. Jamais il ne pourrait vivre sans elle... Jamais.

Lee : attend, tu rigole là ?

Mélanie : j'ai pas envie de rire Lee, je suis fatigué, tu comprend ça ? Fatigué !

Duncan : nan mais tu rigole là ? Tu vas pas faire ça quand même ?

Mélanie : bon, toi tu la met en veilleuse c'est clair ? T'en rajoute pas une couche, c'est ENCORE pas le moment, tu suis ?

Duncan : bon tu fais chier à la fin !

Mélanie : mais toi aussi tu fais chier ! Et puis vous me faite tous chier !

Lee ne bougeait plus, il n'entendait plus rien à part le mot divorce qui résonnait dans sa tête... Mélanie finit par sortir en claquant la porte. Lee s'assit sur le lui le regard vide de toute expression.

Duncan : hey mec... ça va ?

Lee : j'ai l'air d'aller bien là ? J'ai perdu mes gosses et ma femme se barre ! En fait, je crois que c'est le plus beau jour de ma vie, t'as juste à me dire clairement que tu continu de couché avec elle et la c'est l'extase !

Duncan : oh, j'couche pas avec elle ! Ca va pas ou quoi ?

Lee : promet le moi ?

Duncan : je te le promet !

Lee : alors tu fais quoi avec elle ?

Duncan : rien, on parle c'est tout.

Lee : c'est avec elle que t'es des heures au téléphone ?

Duncan : je pense oui... Ecoute Lee, c'est pas ce que tu crois, c'es juste une amie !

Lee : mais encore ?

Duncan : je l'ai embrassé, une ou deux fois... pas plus

En fait, dès qu'il en avait l'occasion, il l'embrassait... Il se promis d'arrêter, pour elle, pour Lee.

Lee : t'embrasse ma femme, une ou deux fois, normal, tranquille !

Duncan : c'était y'a longtemps !

Lee : et alors ????

Duncan : je m'excuse, voila. Je voulais causé de tord a personne, vraiment.

Lee : bah c'est réussi dis moi. T'as déjà couché avec elle, même si on était pas encore marié, et là, tu l'embrasse l'air de rien ! J'sais pas si tu te rend compte...

Duncan : je suis désolé... Mais si tu veux pas qu'elle prenne un avocat et demande le divorce, va la cherché, vous avez besoin de parler...

Lee se leva et sortit de la pièce sans un mot, sans un regard. Il n'était pas en colère, il était juste triste... Il chercha Mélanie pendant 30 minutes et finit par la trouvé, en larme, sur un banc au milieu d'un parc. Il s'assit près d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ch0upy



Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Mar 25 Sep - 1:30

Calvin : les enfants ? Vous avez bien mangé ?

Mathis : merci monsieur et madame ! C'était très bon !

Emma : on en remangera demain ?

Calvin : a midi, si vous le voulez !

Léna : ouaiiiiiiis !

Calvin : vous vous couchez à quelle heure en général ?

Mathis : quand maman dit "au lit les mômes !"

Calvin : c'est quand ?

Emma : bah le soir !

Calvin : vous êtres fatigué ?

Léna : un tit peu !

Calvin : alors c'est que c'est l'heure. Venez, on vous a aménagé un lit dans le canapé.

Les enfants ne se couchèrent jamais aussi vite que cette fois là. Calvin et sa femme, Suzy, parlaient dans la cuisine.

Suzy : nan mais t'as déjà vu ça toi ? Perdre ses enfants dans une boite ?

Calvin : c'est eux qui se sont caché !

Suzy : et alors ! Ils n'ont cas les surveillé, parents indignes ! Ils mériteraient qu'on les fasse attendre encore un peu avant de leur rendre !

Calvin : ils doivent mort d'inquiétude ! On peut pas faire ça !

Suzy : oh que si on peut le faire ! Et on va le faire, j'suis sur que les parents sont des jeunots qui pensent qu'à eux, ils vont apprendre à paniquer pour leur enfants !

Calvin : les enfants voudront voir leur parents !

Suzy : on les garde quelques jours !

Calvin : je sais que t'as toujours voulu avoir des enfants, mais prendre ceux des autres...

Suzy : je ne les prend pas, je les garde parce que leur parent ne sont pas fichu de les garder !

Calvin : pas plus de 3 jours

Suzy : ok !

Elle sourit en regardant à travers la porte les enfants endormis, ils voulaient donner une leçon à Lee et à Mélanie, mais peut-être que le moment était mal choisi pour ce genre de leçon et peut-être que touché aux enfants n'était pas la meilleure des solutions...

[¤¤¤]

Duncan : alors, les amoureux, ça va ?

Mélanie n'avait pas apprécié le ton sur lequel il avait prononcer "les amoureux"

Lee : bof, on a eu aucune nouvelle pour les enfants, rien.

Duncan : ça va venir, je voulais savoir si vous alliez mangé quelque chose ?

Mélanie : nan

Lee : si

Mélanie : pourquoi ?

Lee : parce qu'il faut manger ! Mais avant, j'aimerai savoir quelque chose.

Mélanie sentit son cœur accéléré, tout comme Duncan sentit le sien passé à la vitesse supérieur.

Mélanie : bah, qu'est-ce que tu veux savoir ?

Lee : je sais pas, à vous de me le dire ?

Duncan : euh, de quoi tu parles ?

Lee : bah je sais pas, ça fais à peu près 3 ans que vous vous tirez tout le temps dans les pattes sans raisons valable, je veux savoir pourquoi !

Mélanie : là ? Maintenant ? Tu peux pas choisir un autre moment pour comprendre que je l'aime pas ?

Lee : tu l'aime pas ou... tu l'aime trop ?

Mélanie : attend, ça veut dire quoi ça ?

Lee : tu sais très bien ce que ça veut dire ! Alors maintenant que le débat est lancé, autant se lâché hein ?

Duncan : mais de quoi tu parles là ? Tu pète une durite ou quoi ?

Lee : nan j'ouvre les yeux, tout simplement !

Mélanie : nan, j'comprend pas là

Lee : tu sais, j'suis si aveugle que ça ! Jvois bien que vous vous détestez pas tans que vous le prétendez...

Duncan : on se parle jamais, comment tu veux qu'on s'apprécie ?

Lee : mais allez y prenez moi pour un con ! Vous gênez pas surtout !

Mélanie : bon, hey tu vas te calmé là, on te dis qu'il y a rien alors c'est bon, tu te détend là !

Lee : c'est toi qui est sur les nerfs !

Mélanie : normal, t'as perdu les enfants !

Lee : répète ?

Mélanie : t'as perdu les enfants !

Lee : oh, excuse moi mais si madame avait pas voulut des "vacances" on en serait pas là !

Mélanie : parce que c'est de ma faute maintenant ? Nan mais t'es qu'un abruti toi ! T'es jamais à la maison, tu sais pas ce que c'est que d'être fatigué par les gosses !

Lee : tu crois que j'aime ça être loin de vous a longueur de temps ?

Mélanie : assez pour continuer de le faire en tout cas !

Lee : tu me reproche quoi là ? Soit plus clair je comprend pas ?

Mélanie : je te reproche des milliards de choses très évidentes ! Mais toi, t'es aveugle pour voir que parfois j'aurai besoin de te voir, même si c'est 30 minutes entre deux interviews juste parce que quand t'es pas là, je pète un câble ! Alors imagine un peu le nombre de câble que j'ai pété là !

Lee : tu sais, quoi, tu me saoule !

Mélanie : pardon ?

Lee : t'as très bien entendu !

Mélanie : j'ai réfléchis des millions de fois à plusieurs solutions pour arrangé toutes ces histoires, et le plus drôle, c'est que chaque fois, je tombe sur le même résultat !

Lee : et c'est quoi ?

Mélanie : le divorce...

Lee se radoucit aussitôt. Jamais il ne pourrait vivre sans elle... Jamais.

Lee : attend, tu rigole là ?

Mélanie : j'ai pas envie de rire Lee, je suis fatigué, tu comprend ça ? Fatigué !

Duncan : nan mais tu rigole là ? Tu vas pas faire ça quand même ?

Mélanie : bon, toi tu la met en veilleuse c'est clair ? T'en rajoute pas une couche, c'est ENCORE pas le moment, tu suis ?

Duncan : bon tu fais chier à la fin !

Mélanie : mais toi aussi tu fais chier ! Et puis vous me faite tous chier !

Lee ne bougeait plus, il n'entendait plus rien à part le mot divorce qui résonnait dans sa tête... Mélanie finit par sortir en claquant la porte. Lee s'assit sur le lui le regard vide de toute expression.

Duncan : hey mec... ça va ?

Lee : j'ai l'air d'aller bien là ? J'ai perdu mes gosses et ma femme se barre ! En fait, je crois que c'est le plus beau jour de ma vie, t'as juste à me dire clairement que tu continu de couché avec elle et la c'est l'extase !

Duncan : oh, j'couche pas avec elle ! Ca va pas ou quoi ?

Lee : promet le moi ?

Duncan : je te le promet !

Lee : alors tu fais quoi avec elle ?

Duncan : rien, on parle c'est tout.

Lee : c'est avec elle que t'es des heures au téléphone ?

Duncan : je pense oui... Ecoute Lee, c'est pas ce que tu crois, c'es juste une amie !

Lee : mais encore ?

Duncan : je l'ai embrassé, une ou deux fois... pas plus

En fait, dès qu'il en avait l'occasion, il l'embrassait... Il se promis d'arrêter, pour elle, pour Lee.

Lee : t'embrasse ma femme, une ou deux fois, normal, tranquille !

Duncan : c'était y'a longtemps !

Lee : et alors ????

Duncan : je m'excuse, voila. Je voulais causé de tord a personne, vraiment.

Lee : bah c'est réussi dis moi. T'as déjà couché avec elle, même si on était pas encore marié, et là, tu l'embrasse l'air de rien ! J'sais pas si tu te rend compte...

Duncan : je suis désolé... Mais si tu veux pas qu'elle prenne un avocat et demande le divorce, va la cherché, vous avez besoin de parler...

Lee se leva et sortit de la pièce sans un mot, sans un regard. Il n'était pas en colère, il était juste triste... Il chercha Mélanie pendant 30 minutes et finit par la trouvé, en larme, sur un banc au milieu d'un parc. Il s'assit près d'elle.
[¤¤¤]

Calvin : les enfants ? Vous avez bien mangé ?

Mathis : merci monsieur et madame ! C'était très bon !

Emma : on en remangera demain ?

Calvin : a midi, si vous le voulez !

Léna : ouaiiiiiiis !

Calvin : vous vous couchez à quelle heure en général ?

Mathis : quand maman dit "au lit les mômes !"

Calvin : c'est quand ?

Emma : bah le soir !

Calvin : vous êtres fatigué ?

Léna : un tit peu !

Calvin : alors c'est que c'est l'heure. Venez, on vous a aménagé un lit dans le canapé.

Les enfants ne se couchèrent jamais aussi vite que cette fois là. Calvin et sa femme, Suzy, parlaient dans la cuisine.

Suzy : nan mais t'as déjà vu ça toi ? Perdre ses enfants dans une boite ?

Calvin : c'est eux qui se sont caché !

Suzy : et alors ! Ils n'ont cas les surveillé, parents indignes ! Ils mériteraient qu'on les fasse attendre encore un peu avant de leur rendre !

Calvin : ils doivent mort d'inquiétude ! On peut pas faire ça !

Suzy : oh que si on peut le faire ! Et on va le faire, j'suis sur que les parents sont des jeunots qui pensent qu'à eux, ils vont apprendre à paniquer pour leur enfants !

Calvin : les enfants voudront voir leur parents !

Suzy : on les garde quelques jours !

Calvin : je sais que t'as toujours voulu avoir des enfants, mais prendre ceux des autres...

Suzy : je ne les prend pas, je les garde parce que leur parent ne sont pas fichu de les garder !

Calvin : très bien, mais seulement quelques jours !

Suzy : 5 !

Calvin : 2 !

Suzy : 4 !

Calvin : 3 !

Suzy : va pour 3 !

Elle sourit en regardant à travers la porte les enfants endormis, ils voulaient donner une leçon à Lee et à Mélanie, mais peut-être que le moment était mal choisi pour ce genre de leçon et peut-être que touché aux enfants n'était pas la meilleure des solutions...

[¤¤¤]

Duncan : alors, les amoureux, ça va ?

Mélanie n'avait pas apprécié le ton sur lequel il avait prononcer "les amoureux"

Lee : bof, on a eu aucune nouvelle pour les enfants, rien.

Duncan : ça va venir, je voulais savoir si vous alliez mangé quelque chose ?

Mélanie : nan

Lee : si

Mélanie : pourquoi ?

Lee : parce qu'il faut manger ! Mais avant, j'aimerai savoir quelque chose.

Mélanie sentit son cœur accéléré, tout comme Duncan sentit le sien passé à la vitesse supérieur.

Mélanie : bah, qu'est-ce que tu veux savoir ?

Lee : je sais pas, à vous de me le dire ?

Duncan : euh, de quoi tu parles ?

Lee : bah je sais pas, ça fais à peu près 3 ans que vous vous tirez tout le temps dans les pattes sans raisons valable, je veux savoir pourquoi !

Mélanie : là ? Maintenant ? Tu peux pas choisir un autre moment pour comprendre que je l'aime pas ?

Lee : tu l'aime pas ou... tu l'aime trop ?

Mélanie : attend, ça veut dire quoi ça ?

Lee : tu sais très bien ce que ça veut dire ! Alors maintenant que le débat est lancé, autant se lâché hein ?

Duncan : mais de quoi tu parles là ? Tu pète une durite ou quoi ?

Lee : nan j'ouvre les yeux, tout simplement !

Mélanie : nan, j'comprend pas là

Lee : tu sais, j'suis si aveugle que ça ! Jvois bien que vous vous détestez pas tans que vous le prétendez...

Duncan : on se parle jamais, comment tu veux qu'on s'apprécie ?

Lee : mais allez y prenez moi pour un con ! Vous gênez pas surtout !

Mélanie : bon, hey tu vas te calmé là, on te dis qu'il y a rien alors c'est bon, tu te détend là !

Lee : c'est toi qui est sur les nerfs !

Mélanie : normal, t'as perdu les enfants !

Lee : répète ?

Mélanie : t'as perdu les enfants !

Lee : oh, excuse moi mais si madame avait pas voulut des "vacances" on en serait pas là !

Mélanie : parce que c'est de ma faute maintenant ? Nan mais t'es qu'un abruti toi ! T'es jamais à la maison, tu sais pas ce que c'est que d'être fatigué par les gosses !

Lee : tu crois que j'aime ça être loin de vous a longueur de temps ?

Mélanie : assez pour continuer de le faire en tout cas !

Lee : tu me reproche quoi là ? Soit plus clair je comprend pas ?

Mélanie : je te reproche des milliards de choses très évidentes ! Mais toi, t'es aveugle pour voir que parfois j'aurai besoin de te voir, même si c'est 30 minutes entre deux interviews juste parce que quand t'es pas là, je pète un câble ! Alors imagine un peu le nombre de câble que j'ai pété là !

Lee : tu sais, quoi, tu me saoule !

Mélanie : pardon ?

Lee : t'as très bien entendu !

Mélanie : j'ai réfléchis des millions de fois à plusieurs solutions pour arrangé toutes ces histoires, et le plus drôle, c'est que chaque fois, je tombe sur le même résultat !

Lee : et c'est quoi ?

Mélanie : le divorce...

Lee se radoucit aussitôt. Jamais il ne pourrait vivre sans elle... Jamais.

Lee : attend, tu rigole là ?

Mélanie : j'ai pas envie de rire Lee, je suis fatigué, tu comprend ça ? Fatigué !

Duncan : nan mais tu rigole là ? Tu vas pas faire ça quand même ?

Mélanie : bon, toi tu la met en veilleuse c'est clair ? T'en rajoute pas une couche, c'est ENCORE pas le moment, tu suis ?

Duncan : bon tu fais chier à la fin !

Mélanie : mais toi aussi tu fais chier ! Et puis vous me faite tous chier !

Lee ne bougeait plus, il n'entendait plus rien à part le mot divorce qui résonnait dans sa tête... Mélanie finit par sortir en claquant la porte. Lee s'assit sur le lui le regard vide de toute expression.

Duncan : hey mec... ça va ?

Lee : j'ai l'air d'aller bien là ? J'ai perdu mes gosses et ma femme se barre ! En fait, je crois que c'est le plus beau jour de ma vie, t'as juste à me dire clairement que tu continu de couché avec elle et la c'est l'extase !

Duncan : oh, j'couche pas avec elle ! Ca va pas ou quoi ?

Lee : promet le moi ?

Duncan : je te le promet !

Lee : alors tu fais quoi avec elle ?

Duncan : rien, on parle c'est tout.

Lee : c'est avec elle que t'es des heures au téléphone ?

Duncan : je pense oui... Ecoute Lee, c'est pas ce que tu crois, c'es juste une amie !

Lee : mais encore ?

Duncan : je l'ai embrassé, une ou deux fois... pas plus

En fait, dès qu'il en avait l'occasion, il l'embrassait... Il se promis d'arrêter, pour elle, pour Lee.

Lee : t'embrasse ma femme, une ou deux fois, normal, tranquille !

Duncan : c'était y'a longtemps !

Lee : et alors ????

Duncan : je m'excuse, voila. Je voulais causé de tord a personne, vraiment.

Lee : bah c'est réussi dis moi. T'as déjà couché avec elle, même si on était pas encore marié, et là, tu l'embrasse l'air de rien ! J'sais pas si tu te rend compte...

Duncan : je suis désolé... Mais si tu veux pas qu'elle prenne un avocat et demande le divorce, va la cherché, vous avez besoin de parler...

Lee se leva et sortit de la pièce sans un mot, sans un regard. Il n'était pas en colère, il était juste triste... Il chercha Mélanie pendant 30 minutes et finit par la trouvé, en larme, sur un banc au milieu d'un parc. Il s'assit près d'elle.

_____________________

Décidement O_O Je savais pas que le message était limité, j'ai du coupé le chapitre en 20 mille XD Désolée^^
Merci de lire et MissLee02, j'adore tes com's ils me font rire XD
Biz0ux <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
misslee02

avatar

Nombre de messages : 141
Age : 29
Localisation : vers lyon
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Mar 25 Sep - 22:16

rolala ça ma saké le moral ! Sad
le divorce? pale
no mé c pa possible ça Sad
ça a trop mal tourné !Neutral
pauvre Lee il est anéanti! affraid
il perd ses gosses et maintenant sa femme, fo kil arrange tt ça Embarassed
je ve tropppppppp savoir la suite et vite miss lol bounce
jesper ke ça va s'arranger! confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noiram38.skyblog.com
Ch0upy



Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Mer 3 Oct - 12:58

CHAPITRE 5

Il resta silencieux pendant quelque temps puis finit par parler...

Lee : Mélanie je...

Mélanie : la ferme, fou moi la paix ! Je veux plus t'entendre, ni te voir. Casse toi !

Lee : mais écoute moi au moins !

Mélanie : j'ai dis nan, tu te barre. Je te saoule alors je comprend pas pourquoi tu viens me chercher. Barre toi.

Lee : je suis désolé !

Mélanie : bah moi aussi figure toi, je suis désolé de te saoulé, d'être une mauvaise femme et par dessus tout, une mauvaise mère !

Lee : mais dis pas n'importe quoi... T'es parfaite !

Mélanie : bien sur c'est pour ça que je te confit les gosses alors que t'es débordé et résultat on les a perdu c'est aussi pour ça que... enfin que j'ai un faible pour ton meilleur ami !

LA phrase de trop...

Lee : t'as quoi ? T'as un faible pour Duncan ? Tu te fou de ma gueule j'espère ?

Mélanie : enfin nan, j'ai pas un faible c'est juste que, enfin je sais pas comment dire, je l'aime bien, voila tout.

Lee : ouais mais entre bien aimer et avoir un faible, la différence est grande !

Mélanie : je l'aime bien.

Lee : c'est avec lui que tu passe des heures au téléphone ?

Mélanie : oui.

Lee : c'est avec lui que tu vas faire tes "dîner entre filles" ?

Mélanie : oui...

Lee : c'est avec lui que tu vas au parc avec les enfants quand je suis trop fatiguer pour sortir ?

Plus il lui posait des questions, plus elle baissait la tête et plus sa voix devenait faible, la elle sortit un "oui" à peine audible la tête carrément enfouit dans son col.

Lee : *sur le point de péter un câble* Et puis je suppose que vous vous embrassez ! Je me doute aussi que c'est à lui que tu penses quand t'as beaucoup trop mal à la tête pour qu'on fasse l'amour, que chaque fois que t'es en larme au téléphone c'est pas seulement parce que je te manque mais parce que lui aussi te manque. Tu sais, si t'es plus heureuse avec Duncan, bah vas y, court le rejoindre, court lui dire que tu divorce pour lui, court lui dire que vous retrouverez les enfants ensemble et que tu te battra pour en avoir la garde pour que vous puissiez être heureux, court lui dire que tu l'aime, que tu as envie de lui... Mais surtout oubliez que j'existe, faites comme si jamais on ne s'était connu, faites comme si rien ni personne ne pourrait jamais vous séparer mais faites attention, tu m'as prouvé que l'amour est éphémère. J'espère qu'il t'aimera comme jamais il n'a aimer et qu'il prendra soin de ta vie comme il prend soin de la sienne. Je pensais que l'amour était le plus beau des sentiments qui puisse exister mais tu m'as montré qu'il n'était que mensonge et trahison, qu'il était sans doute le plus cruel de tous. Mais finalement je te remercie, tu sais, on dit qu'on se rend compte à quel point on aime une personne seulement quand on est entrain de la perdre : je sais aujourd'hui que sans toi, sans les enfants, je vais sans doute mourir... Alors part, part avant que je veuille te retenir, part avant que tu te sente obliger de rester juste pour me faire plaisir. Part te chercher un avocat pour entamer une procédure de divorce. Part, mais n'oublis jamais à quel point je t'aime...

Après tout ce qu'elle venait de se prendre dans la face Mélanie n'avait même pas pu pleurer, elle était là, assise sur le banc entrain de se demander ce qu'il lui arrivait et quand enfin elle réalisé que Lee demandait le divorce, elle se mit à pleurer comme jamais elle ne l'avais fait auparavant. Puis comme Lee le lui avait demandé, elle s'est lever et est partit un peu chancelante. Lee regrettait déjà tout ce qu'il venait de dire mais on ne peut pas revenir en arrière et ça, il le savait peut-être que s'il avait le courage de ranger sa fierté de côté, il pourrait sauver son couple, mais c'était seulement SI il oubliait qu'il avait trop de fierté...

[¤¤¤]


En attendant que Calvin rentre du travail, Suzy et les enfants regardait la télé. Un dessin animé qui passait sur un chaîne national quand le programme fut interrompu pour un flash spécial.

Journaliste : Votre attention s'il vous plait, nous interrompons ce programme pour annoncer une nouvelle assez troublante : Lee Ryan du groupe Simple Plan -actuellement en tournée dans le pays- aurait lors d'un concert confié ses enfants à une jeune fille qui par mégarde les aurait perdu. Depuis hier soir les triplés sont devenu introuvable *une photo des enfants s'affiche* Voici la photo la plus récente qu...

Mathis : heyyy ! C'est nous à la télé !

Suzy : *change de chaîne* Mais nan, aller c'est l'heure d'aller au dodo !

Léna : nan !

Suzy : comment ça nan ? Aller au lit tout de suite !

Léna : NAN ! JE VEUX MON PAPA ET MA MAMAN !

Suzy : plus tard tu veux ?

Léna : NAN, j'ai dis maintenant ! J'aime pas ta maison, elle est nulle !

Suzy : attend un peu que je t'attrape toi ! Suzy se mit a courir après Léna dans tout le salon.

Léna : maiiiiiiiieuuuuuuuuuuuh ! *se met a pleurer* Laisse moi tranquille !!!!!

Mathis s'approche de Suzy et lui mord la jambe le plus fort qu'il peut.

Suzy : aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !!!!!! Mais t'es pas bienn ??

Elle mit une gifle à Mathis qui le fit tombé à la renverse, sa tête cogna violemment sur le sol...

Emma : ennnnnnnn ! Tu lui as fait mal ! *attrape un coussin et lui balance sur la tête* VILANE ! T'es méchante, jte déteste ! *va près de Mathis qui est sur le sol et qui ne bouge plus* Aller, viens, on va aller chercher papa et maman !

Suzy : *s'affole quand elle voit que Mathis ne bouge pas* Hey, ptit gars ! Debout, aller !

Léna : en mais tu vas peut être le tuer ! *se met à pleurer*

Suzy : *paniquée* mais nan ! *secoue Mathis doucement* Aller, lève toi !

Léna : *pleure toujours* PAPAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !

Emma : *se met à pleurer* MAMANNNNNNNNNNNNNNNNNNN !

Calvin arrive du travail et voit la pagaille dans le salon.

Calvin : mais qu'est-ce qu'il se... *voit Mathis par terre* Oh la vache Suzy... C'est toi qui a fait ça ?

Suzy : *au bord des larmes* Mais ils se sont vu à la télé et puis Léna voulait pas aller se coucher... Mathis m'a mordu et je... Enfin, il est tombé et...

Léna : la menteuse ! Elle l'a frappé fort !

Calvin : tu l'as frappé ?

Suzy : mais je...

Calvin : nan mais t'es pas bien ? En plus je suis rentré plus tôt pour te dire qu'il fallait qu'on les ramène ! Leur photo a été diffusé un peu partout, c'est pas les enfants de monsieur tout le monde mais ceux de Lee Ryan, le gars d'un groupe mondialement connu ! La presse à scandale de plein de pays s'est déjà approprié l'affaire ! Et toi, faut que t'assomme un des gosses ! Aller viens, on les emmène à l'hôpital...

Suzy : vas y seul toi !

Calvin : bah voyons ! *aux enfants* Aller, on met le manteau, on va aller voir papa et maman !

Les filles sont parties comme des flèches mettre leur manteau. Calvin a pris Mathis dans ses bras. Une fois arrivé à l'hôpital, il a déposé les enfants devant les urgences en leur disant de ne pas bouger et s'est garer un peu plus loin pour être sur que quelqu'un les trouve. Puis quand un infirmier s'approcha d'eux, il put partir.

Infirmier : *en chinois* Alors les enfants, qu'est-ce que vous faites ici ?

Léna : mais il parle bizarre ! *pleure* Je veux mon papa !!!

Infirmier : *en anglais* Et si je parles comme ça, vous comprenez ?

Les filles dirent oui de la tête.

Infirmier : alors, qu'est-ce que vous faite ici ?

Léna : *sanglotant* Et bah la dame elle a tapé fort Mathis et pis maintenant il dort toujours et le monsieur il nous laisse tout seul !

L'infirmier prit Mathis dans ses bras et fit signe aux filles de le suivre. Une fois entré, il les fit asseoir dans la salle d'attente pendant qu'il emmenait Mathis auprès de médecins. Une aide soignante qui parlait couramment l'anglais fut envoyé aux filles.

A.S. : Salut les filles ! Alors comment vous vous appelez ?

Emma : bah moi c'est Emma et pis elle c'est Léna.

A.S. : *fronce les sourcils* Oh mais attendez ! Vous êtes les petites de la télé ! C'est bien Lee Ryan votre papa ?

A l'entente de ce nom les petites sautèrent de joie en hurlant un grand "OUI". Un quart d'heure plus tard, Lee fut conduit auprès de ses filles. Elles lui sautèrent dessus, il les serra fort, le plus fort qu'il pouvait avant de se détaché d'elle et de les regarder une à une...

Lee : Léna, 1... Emma, 2... *continu de les regarder tour à tour* 1, 2... 1... et 2... *regarde l'aide soignante* j'ai des triplés. Des triplés. Il est où le 3ème !?

A.S. : Mathis c'est bien ça ? Il est en salle de réveil, il a reç un sale coup sur la tête mais rien de bien grave. Vous pourrez repartir avec lui tout à l'heure !

Lee : oh, on peut aller le voir alors ?

A.S. : oui, oui bien sur, suivez moi !

Elle les conduisit à l'endroit où se trouvait Mathis. Il était parfaitement éveillé et attendait sans doute qu'on vienne le cherché, quand il vit son père et ses deux sœurs sont regard s'illumina.

Mathis : woooow ! PAPA !!!

Lee ouvrit ses bras et Mathis vint s'y blottir. Emma troubla quelque peu ce moment de retrouvaille en tirant sur le pantalon de Lee.

Lee : qu'est-ce qui y'a mon cœur ?

Emma : elle est où maman ?

Lee : euh... à vrai dire, j'en sais rien. Je suis désolé...

Léna : elle est toujours pas venue en chine ?

Lee : oh bah...

La porte s'ouvrit à la volée.

Emma : maman !!!!! *lui saute au cou* Mais t'étais où ?

Mélanie : on s'en fiche, je suis là maintenant...

Lee avait remarqué les yeux gonflés de Mélanie, elle avait sans doute pleurer, et par sa faute... Il aurait voulu la prendre dans ses bras et lui dire que tout était fini qu'il regrettait amèrement tout ce qu'il avait pu lui faire subir mais il ne le fit pas. Mélanie s'approcha de Mathis et le serra dans ses bras à son tour, Léna vint s'ajouter quelques secondes plus tard. C'est là que Lee se rendit compte à quel point Mélanie et les enfants étaient soudés, à quel point il avait raté tellement de chose de leur enfance... A quel point il tenait à eux et leur bonheur.

Mélanie : au fait Lee, merci de me prévenir, c'est toujours un plaisir.

Puis Emma expliqua comment il était arrivé à jouer à cache-cache, à se perdre et à atterrir chez Calvin et Suzy... Mélanie les serra une fois de plus dans ses bras.

Mélanie : plus jamais je ne vous laisserai tout seul ! C'est promis !

Dans les jours qui suivirent, Mélanie rentra avec les enfants dans leur pays et surtout, dans leur maison. Elle n'avait plus parlé à Lee depuis l'hôpital de peur de craqué et de se mettre à pleurer, de lui supplier de rester, mais elle se dit qu'après tout, si il l'aimait vraiment, jamais il ne demanderait le divorce... Mais voilà, Lee avait un trop plein de fierté... Le jour où il rentra chez eux, il était à peu près 8h du matin, les enfants dormaient encore et Mélanie était dans la cuisine, entrain d'ouvrir le courier. Elle ne l'avait pas entendu et il n'osa pas la perturber. Elle se parlait toute seule, une sale manie qui faisait toujours rire Lee.

Mélanie : *sourit* La mère de Lee qui écrit... C'est pas tous les jours ça ! Les enfants vont être content ! Pub, pub, pub et... hein ? *prend la lettre dans sa main* Une lettre du tribunal ?

Le cœur de Lee se mit à accéléré, jamais il n'aurait voulu qu'elle voit ça, il voulait lui arraché des mains et lui dire que tout était faux, qu'il ne pouvait pas vivre sans elle, mais il resta dans le couloir, toujours aussi silencieux. Elle ouvrit la lettre d'une main tremblante.

Mélanie : oh bah ça *sa voix se brise* c'est la meilleure... *balance la lettre dans la cuisine* Il peut pas faire ça ! *se met à pleurer* Il peut pas divorcer...

Elle est resté quelques minutes assise à pleurer, puis sans un mot elle est monté dans leur chambre. Sans voir Lee, sans plus rien voir d'ailleurs. Elle ne descendit plus de la journée... ni de toute la semaine d'ailleurs. Sauf la nuit, pour manger quelque chose. Lee avait compris qu'elle avait cessé d'exister et tout ça par sa faute... Mais le plus dur dans tout ça, c'est que les enfants aussi avait compris que leur mère avait tout abandonner à cause de leur père...

______________________

Et voilaaaaaa ! J'espère que ça plait toujours^^
Biz0ux <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stef

avatar

Nombre de messages : 338
Age : 33
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Mer 3 Oct - 14:18

'est trop triste il pe pa divorcé non pauvre melanie en plus il l'aime toujours c fou ca OH DUNCAN JE VAIS TE TORDRE LE COU C D TA FAUTE la suite please
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
misslee02

avatar

Nombre de messages : 141
Age : 29
Localisation : vers lyon
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Mer 3 Oct - 22:06

ouhlà ça prend une tournure ... pfiou c dur psychologikement pr eux... Sad
komen ça va évoluer tt ça? Question Question Question Question
n'empêche g eu trop peur pr mathis ... Shocked
la suiteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee bounce bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noiram38.skyblog.com
Ch0upy



Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Jeu 4 Oct - 20:34

CHAPITRE 6

Duncan : mais bordel de merde Lee ! Quand vas tu enfin te rendre compte que tu gâche ta vie ? Tu comprends vraiment rien !

Lee : mais écoute je...

Duncan : j'ai pas envie de t'entendre c'est claire ? Ca me rend dingue ça ! Elle est dans là pièce au dessus de toi, ça va pas te trouer le cul que d'aller t'excuser et lui dire combien tu l'aime !

Lee : mais les avocats et...

Duncan : tu me saoule avec tes avocats ! On en a rien à foutre ! Tu veux quoi ? Gâcher ta vie, celle de ta femme et celle de tes enfants ?

Lee : bien sur que nan mais...

Duncan : alors pourquoi est-ce que tu parles encore avec moi ? Hein ? Qu'est-ce que t'attends ? Que je te prenne par la main et que je te monte jusque dans ta chambre ?

Lee : merci pour tout...

Duncan : bah, de rien c'est normal ! Aller dépêche toi !

Ils raccrochèrent mais Lee n'alla pas voir Mélanie... Quelques jours passèrent encore sans que Mélanie ne descendent, sans que Lee ne monte la voir et ce qui poussa Lee à monter n'était pas l'envie d'aller s'excuser et de lui dire combien il l'aimait c'était le fait que depuis deux nuits Mélanie n'était pas descendu pour manger quelque chose. Aussi, les enfants la demandait sans cesse. Alors là, et seulement là, il décida de monter. Il ne prit pas la peine de frapper étant persuader qu'elle ne répondrait pas puis il poussa doucement la porte.

Lee : Mélanie ? T'es là ?

Mélanie : et où veux tu que je sois espèce d'abruti !

Autant le dire, Mélanie n'était pas seulement triste, elle était aussi très en colère...

Lee : comme t'es pas venu manger hier et les jours d'avant et bien... je voulais savoir comment tu allais.

Mélanie : maintenant que tu sais que je vais mal, que j'ai envie de mourir et que je te hais, fiche moi la paix !

Lee : wow... ok. Bon je crois qu'il faut qu'on parle !

Mélanie : te sens pas obliger de faire du social. On peut parler à travers les avocats maintenant... Aller, sort d'ici !

Lee : nan, c'est ma chambre aussi et j'en ai marre de dormir sur le canapé figure toi !

Mélanie : et bien j'irai y dormir moi dans le canapé, mais là c'est pas l'heure de dormir alors tu sors !

Lee : je veux faire une sieste !

Mélanie : bah vas y, allonge toi ! Fais une sieste !

Lee : bon écoute, ça va pas durer longtemps tout ça ! Je supporte pas quand tu me parles comme ça !

Mélanie : oh c'est chouette ça ! Moi je supporte pas que tu demande le divorce !

Lee : parfait... aller, dis moi ce qui va pas !

Mélanie : t'es un gros con Lee, tu le sais ça ?

Lee : maintenant oui. Autre chose peut être ?

Mélanie : va te faire foutre.

Lee : j'y penserai et encore ?

Mélanie : je t'aime mais toi t'es qu'un gros abruti pour pas le voir ! *se lève* Alors vas y, fais ta sieste ! *sort en claquant la porte*

Lee : moi aussi je t'aime...

Voila ce qui arrive quand l'orgueil prend le dessus... Lee se laissait littéralement bouffer par son orgueil et il perdait sa femme, même si Mélanie voulait s'accrocher encore et encore, plus le temps passait plus elle se faisait une raison, plus elle s'entraînait à vivre sans Lee. Mais ça, Lee ne s'en rendait pas compte... et le jour où il s'en rendit compte fut celui-ci :

Lee : euh, je peux savoir ce que tu es entrain de faire ?

Mélanie : ça se voit pas ? Je fais mes valises et celle des enfants !

Lee : euh alors je reformule ma question, pourquoi tu fais ça ?

Mélanie : parce que j'ai trouver un appartement et que je compte m'y installé avec les enfants.

Lee : et si je suis pas d'accord ?

Mélanie : je m'en fiche, j'y vais quand même !

Lee : et les enfants ? Si je ne suis pas d'accord pour les enfants ?

Mélanie : oh mais j'ai rien demander ! C'est eux qui ont demander à venir avec moi !

Lee ouvrit la bouche mais aucun son ne sortit. Il alla trouver ses enfants.

Lee : alors les enfants, vous allez avec maman ?

Emma : elle voulait partir toute seule mais moi je voulais pas alors je vais avec elle !

Léna : et moi je vais avec Emma !

Mathis : et moi avec mes sœurs !

Lee : ok...

Mélanie : aller, c'est parti ! On y va !

Lee : quoi, déjà ? Mais je...

Mélanie : Lee, fais pas comme si t'étais triste de me voir quitter la maison, si tu l'étais vraiment, tu m'aurai empêcher de partir...

Lee : très bien... *il se plaça devant la porte d'entrée* Hors de question que tu partes, ça te va ?

Mélanie : sors d'ici ! Aller, pousse toi !

Lee : nan je veux pas que vous partiez...

Mélanie : je vois...

Elle s'est retourner vers les enfants

Mélanie : écouter, vous allez devoir rester ici avec papa. Mais c'est promis, je viendrai tous les jours pour vous voir un petit peu !

Elle leur fit un gros bisous chacun, pris la valise qui contenait ses affaires poussa Lee de son chemin et sortit de la maison.

Emma : hey papa ??

Lee : oui ?

Emma : pourquoi tu vas pas la chercher ? Tu l'aimes plus ?

Lee ; oh mais quand je disais que vous deviez rester, c'était aussi valable pour elle. Personne ne sort d'ici, tous devant la télé !

Les enfants obéir et Lee sortit de la maison. Il rattrapa Mélanie en deux ou trois enjamber. Elle pleurait.

Lee : mais où est-ce que tu vas ?

Mélanie : bah je pars, ça se voit pas ?

Lee : c'était valable pour toi aussi le "je veux pas que vous partiez". Bon sang Mélanie... Qu'est-ce qu'il nous est arriver ?

Mélanie : oh bah je sais pas, peut être que t'as demandé le divorce !

Lee : écoute, je me fou de tout ça ! Tu vas rentrer ta valise à l'intérieur et...

Mélanie : et quoi ? Faire comme si rien n'avais changer ? Mais bordel de merde Lee, j'ai bien compris que plus rien n'allais entre nous !

Lee : et avec un peu d'effort tout pourrait s'arranger !

Mélanie : mais de quel effort tu parles ? Des efforts j'en ai fais pendant des années sans que toi tu t'en rende compte et aujourd'hui, tu me demandes de faire des efforts !

Lee : mais je fais ce que je peux !

Mélanie : bah c'est pas assez figure toi ! J'suis à bout, j'en peux plus je suis fatiguer de devoir tout supporter sur mes épaules ! Tu ramène l'argent, c'est parfait et je t'en remercie mais je sais pas si tu tiendrai une semaine à ma place !

Lee : et c'est justement pour ça que je t'ai... que je t'ai choisi ! Parce que t'es la plus courageuse que je connaisse !

Mélanie : mais j'ai pas eu le choix figure toi ! Quand on m'a dit que j'attendais des triplés j'en ai pleuré pendant des jours parce que j'ai compris que tu ne serai là que pour les choses faciles de l'éducation comme jouer ou faire des bêtises ! C'est pas toi qui leur hurle dessus quand ils se battent parce que t'es pas là, c'est pas toi qui les force à manger des légumes ou tout ce qui peut paraître bizarre à un enfant parce que t'es pas là, c'est pas toi qui les cherche pendant des heures parce qu'ils se sont cachés pour ne pas aller au lit parce que t'es pas là, c'est pas toi qui nettoie la salle de bain chaque soir parce qu'ils ont décidé de la transformer en piscine municipale parce que t'es pas là et c'est encore pas toi qui pleure pendant des heure parce que tu supporte plus qu'ils te fasse tourner en bourrique parce que t'es pas là !

A présent elle pleurait.

Mélanie : Lee je crois que tu te rends pas bien compte ce que c'est que d'être fatiguer de vivre la vie que je mène. Parfois j'ai juste envie de rentré chez moi en me disant que le dîner sera prêt et que les enfants seront douché et en pyjama. Juste une fois mais c'est jamais arrivé parce que même quand t'es là, t'es incapable de faire quelque chose pour m'aider moi !

Lee : mais il suffisait de demander !

Mélanie : nan... il aurait juste suffit que tu te demande pourquoi j'étais si fatiguer et peut être que t'aurai compris que la vie que je menais était loin d'être un paradis. Bien sur que j'aime mes enfants et que je pourrais mourir pour eux mais parfois j'aurai aimé être soutenu et pas par une voisine ou une amie mais par mon mari. Lee t'as jamais vraiment été présent et pour eux, et pour moi... T'as toujours là tête ailleurs...

Lee ne sut pas quoi répondre. Après tout, il n'y avait pas grand chose à répondre. Il se contenta de lui prendre sa valise.

Lee : rentres. S'il te plait. Laisse moi te prouver que je peux être là pour toi. Laisse moi te prouver à quel point je t'aime.

Mélanie secoua la tête.

Mélanie : nan... C'est trop facile...

Il s'est approcher d'elle lentement et il l'a embrassé comme jamais il ne l'avais fait. Il n'avais jamais mis autant de passion et de d'amour dans un baiser.

Lee : je t'aime t'entends ? Il est hors de question que je divorce et que tu quittes cette maison. Laisse moi au moins une chance de me racheter...

Elle ne répondit pas, elle se contenta de glisser sa main dans celle de Lee et de le suivre à l'intérieur de la maison...

_________________________

Voila pour la suiiiite^^
Biz0ux <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stef

avatar

Nombre de messages : 338
Age : 33
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Jeu 4 Oct - 21:32

oh c'est trop bo c bien elle c'est lâché elle lui a tout dit bien maintenant lee il te reste plus qu'a montrer ce que tu sais faire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ch0upy



Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Sam 6 Oct - 2:14

CHAPITRE 7

Ils ont passé une soirée comme ils n'en avaient pas passé depuis un bout de temps. Toute la petite famille était installée dans le salon, sur le canapé, devant un dessin animé choisi par les enfants. Mélanie s'était immédiatement endormi dans les bras de Lee. Suivirent les enfants un peu partout autour de leurs parents. Lee regardait le spectacle avec des yeux émerveillé, depuis tans de temps il rêvait d'une soirée telle que celle-ci : en famille et personne pour les déranger... Il a finit par lui aussi s'endormir. Le lendemain matin, ils furent réveillé par la sonnerie de la porte. Et c'est Lee qui se leva pour allé ouvrir pendant que Mélanie et les enfants allaient à la cuisine pour petit déjeuner. Lee entra dans la cuisine avec une toute autre mine, et c'est seulement quand elle vit Duncan que Mélanie comprit qu'elle avait été bête de croire que tout s'était arrangé... Les enfants continuèrent de manger tranquillement mais Mélanie sortit de la cuisine.

Lee : et merde ! Tu pouvais pas sonner un autre jour ?

Duncan : oh ca va hein ! On m'envoie te chercher.

Lee : toi ? Pff...

Duncan : quoi ? C'est quoi le malaise ?

Lee : mais y'en a pas ! Parce que y'a jamais de malaise ! Tu sais pas toi !? On vit tous chez les Bisounours !

Duncan : tu m'en veux encore ?

Lee : nan, tu rigoles. T'embrasses ma femme et vous avez une espèce de liaison de je sais pas quoi depuis des années et t'arrives ici comme une fleur, l'air de rien en venant me chercher pour une putain d'émission dont on peut se passer et qui risquerai ENCORE de foutre la merde dans mon couple. Tu saisi là ?

Duncan : et moi je crois que tu saisis pas que j'étais pas le seul dans l'histoire. Ta femme comme tu le dis si bien était plutôt consentante !

Lee : barre toi.

Duncan : quoi, t'aime pas entendre la vérité ? Après tout, c'est de ta faute si ta femme va voir ailleurs, t'es jamais là.

Lee : casse toi je te dis.

Duncan : et même moi je la vois plus et la connais plus que toi ! J'en suis sur !

Lee : tu vas la fermer ta gueule avant que je t'en colle une ?

Duncan : mais vas y ! Te gêne pas surtout ! Colle moi en une et je saurai que j'ai raison !

Lee bouillait à l'intérieur. Duncan le poussait à bout et ce n'était une bonne chose pour personne. Malheureusement pour tout le monde, Duncan s'était rendu compte qu'avec le temps, il était tombé amoureux de Mélanie. Il avait longtemps voulu préservé son amitié avec Lee mais tout foutait le camp alors il s'était dit qu'il n'avait plus rien à perdre.

Duncan : alors ? T'as pas eu assez de bonne raison pour m'en collé une ? J'ai tord peut-être ?

Lee : sors de ma maison.

Duncan : pourquoi ? J'aime bien être là. Ca me rappel de bon souvenir.

Il allait trop loin, il le savait mais il était lancé et rien ne l'arrêterait. Les enfants s'étaient arrêtés de manger et regardaient la scène sans broncher, comme s'ils avaient peur de bouger. Lee ne répondit rien alors Duncan enchaîna avec une phrase qui changea totalement le cours des choses.

Duncan : parce que si tu crois qu'on a fait que s'embrasser durant 3 ans, c'est que tu connais vraiment mal ta femme.

Ce fut plus fort que Lee, il leva son point et l'écrasa littéralement sur le visage de Duncan avant de partir de la maison en claquant la porte. Léna s'était mise à pleurer et avec le claquement de porte Mélanie avait rappliqué dans la seconde qui avait suivit. Duncan avait sa main plaquée sur le visage.

Mélanie : mais qu'est-ce que... Les enfants, allez dans vos chambres.

Ils s'exécutèrent sans un mot.

Mélanie : nan mais c'est quoi ce délire ?

Duncan : je crois que Lee et moi, on est plus ami.

Mélanie : hein ?

Duncan lui raconta vaguement ce qu'il s'était passé.

Mélanie : nan mais t'es qu'un putain d'abruti ma parole ! Pourquoi tu lui a dit ça ? Hein ? Pourquoi ?

Duncan : parce qu'il a le droit de savoir !

Mélanie : nan mais explique moi dans quel intérêt t'as fait ça ? Hein ? Ca rapporte rien à personne. Même pas à toi parce que si Lee me quitte, jamais tu me reverras. Il n'y a jamais vraiment rien eu entre nous, c'est Lee que j'aime.

Duncan baissa les yeux.

Duncan : tu sais, a force de jouer avec le feu on se brûle.

Mélanie : elle est valable pour toi aussi cette phrase.

Duncan : et pour tout le monde. En trompant Lee avec moi, t'as gâché ta vie, la sienne, la mienne et celle de tes enfants. Remarque, ça fait pas de jaloux, on va tous souffrir !

Mélanie lui mis une claque dont il se souviendrait avant de le foutre à la porte. Ensuite elle téléphona à sa mère et lui confia ses enfants pour au moins une semaine, elle devrait tout réparer et même si ça lui semblait impossible, elle n'avait pas le choix. Si Lee ne revenait pas elle n'aurait plus la force de continuer...

Et vous savez quoi ? Lee n'est pas revenu. Il l'aimait encore comme un dingue mais était bien trop aveuglé par la haine, la tristesse et la souffrance pour y faire attention. Alors il voulait la faire souffrir. Dans la vie elle tenait à deux choses. La première, lui. Il demanda le divorce et lui fit bien comprendre qu'il n'y avait plus aucun espoir. Elle sombra dans une dépression. La deuxième était leurs enfants. Il réussi a obtenir la garde en insistant sur le fait qu'elle était incapable de s'en occuper vu l'état dans lequel elle était et qu'il serait bien plus souvent à la maison ces temps-ci. Au pire, sa mère était là. Mélanie ne supporta pas. Elle piqua une crise telle, qu'elle perdit son droit de visite. Puis en allant quand même voir ses enfants, elle fut forcé de déménager. Elle se trouva un appartement dans un trou paumé et n'en sortit plus. Elle se faisait livrer ses repas et quand la banque lui annonça qu'elle était à découvert et qu'il fallait qu'elle travaille pour pourvoir continuer de payer son loyer, elle retourna chez ses parents. Parents qui voyaient mourir leur fille un peu plus chaque jour. Toute cette histoire dura exactement 1 an. Elle avait rarement des nouvelles de ses enfants par le biais de ses parents mais elle n'avait plus aucune nouvelle de Lee, ni de Duncan. La seule chose qui la rattachait à eux était la presse. Mais elle la savait tellement mensongère qu'elle arrêta de la lire. Le jour où elle trouva enfin la force de se faire jolie pour sortir et voir un peu de ses propres yeux ce qu'il se passait dehors fut un jour d'été. Le soleil était radieux et il faisait une chaleur étouffante. Elle avait radicalement changé de coiffure et c'était faite une nouvelle couleur, elle ne voulait pas que quelqu'un la reconnaisse. Elle ne le supporterait pas. Elle se dirigea dans un parc, loin de tout et s'assis sur un banc près d'un bac à sable. Là, elle regarda des enfants jouer imaginant les siens à leur place. Elle s'était promise de ne pas pleurer mais se fut plus fort qu'elle. Comment avait-il pu lui retirer ses enfants ? Elle avait les yeux tellement brouillé par les larmes qu'elle ne distinguait plus rien, mais une voix lui parvint jusqu'aux oreilles. Et cette voix, elle ne pouvait pas l'oublié puisque c'était celle de Lee. Il s'était assis à côté d'elle. Et lui avait demander ce qui n'allait pas. Il ne l'avait même pas reconnu. Le fait qu'elle est la tête baissé et caché par les quelques mèches qui lui tombaient sur le visage ? Sa nouvelle coupe de cheveux ? Sa maigreur flagrante ? Ou peut-être son oubli total de son ex-femme...

Lee : ça ne va pas mademoiselle ?

Elle se leva et partit, un peu chancelante. Elle ne pouvait pas lui compliquer la vie, se compliquer la vie... Mais Lee n'abandonnait pas si facilement, il la rattrapa et posa une main sur son épaule, une main qui la fit frissonner. Alors il la força à se retourner, elle garda la tête baissé. Il la regarda furtivement et ses yeux se posèrent sur le pendentif qu'elle avait autour du cou, son cœur se mit a battre plus fort. Instinctivement il regarda si elle portait une alliance. Et quand enfin il comprit qui il avait en face de lui, il recula d'un pas. Elle attendit encore quelques secondes dans l'espoir qu'il lui parle, qu'il la prenne dans ses bras, qu'il l'embrasse même. Mais rien de tout ça ne se produisit. Alors elle tourna les talons et partit, elle ne marchait plus très droit tellement le choc avait été douloureux, elle marchait le plus rapidement possible avec une seul idée en tête. Retrouver sa chambre et ne plus jamais en sortir.

__________________

Et voilaaa ! J'espère que ça vous plait^^
Biz0ux <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
misslee02

avatar

Nombre de messages : 141
Age : 29
Localisation : vers lyon
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Sam 6 Oct - 21:12

tu ve ke je déprime pr tt le reste du week end ou koi? Sad
c horrible ckil lui arrive ! Sad Mad
le divorce, la perte de ses enfants alors kelle sen é tellement occupée, la déprime ... Evil or Very Mad
si Duncan noré pa fouttu son nez ds leurs affaires aussi scratch
c normal ke Lee été pété un câble! Mad
comment ça va continuer tt ça? confused
LA SUITE JADORE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noiram38.skyblog.com
Ch0upy



Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Mer 10 Oct - 20:08

CHAPITRE 8

Léna : papa, c'était qui la dame ?

Lee était encore troublé. Il ne savait plus vraiment où se mettre. Il était sur que c'était Mélanie mais elle avait tellement... changé. Il était sur que s'il n'avait pas eu à la voir de si près il ne l'aurai jamais reconnu... Elle avait tout d'abord changé de coiffure et maigri. Elle avait énormément maigri. Il espérait que tout se changement n'avait rien à voir avec lui mais il savait très bien que tout était de sa faute. D'ailleurs, pour lui faire remarquer qu'il faisait fausse route en privant Mélanie de ses enfants, Emma avait cessé de parler. Pas seulement à lui. A tout le monde. Elle ne mangeait plus beaucoup et dormait peu. Et chaque fois que Lee l'emmenait chez le médecin c'était la même chose. Elle était à la limite d'être hospitalisé et le médecin conseillait fortement à Lee d'emmener cette petite voir sa mère.

Léna : mais papaaaa !

Lee : j'en sais rien.

Léna : pourquoi elle était triste ?

Lee : je sais pas. Aller, on rentre. Duncan nous attend.

Comme tous les vendredi, ils allaient manger chez Duncan. Et comme tous les vendredi, les mêmes questions défilaient.

Duncan : alors ?

Lee : rien du tout. Je commence à me demander si elle a su parler un jour.

Duncan : tu sais... Je commence à croire qu'il vaudrait mieux que tu l'emmène voir Mélanie.

A l'entente de se prénom, le sang de Lee se glaça.

Duncan : qu'est-ce qu'il y a ?

Lee : rien je... Je...

Duncan : tu quoi ?

Lee : je pense l'avoir vu aujourd'hui.

Duncan : tu pense ? Ne me dit pas que t'es pas capable de la reconnaître. Elle...

Lee : c'était elle, mais croit moi, elle est méconnaissable !

Il soupira. L'avoir vu lui avait raviver tans de souvenir... Et la voir si triste l'avait tellement bouleversé qu'en parler lui faisait l'effet d'un coup de poignard dans les entrailles...

Duncan : je pense que serait bon pour toi aussi.

Lee : nan. T'as tord.

Oui souvenez vous... Lee est très orgueilleux...

Duncan : tu sais, tu devrais déposer les enfants chez ses parents, ils n'auront cas la prévenir et elle viendra. C'est aussi simple que ça.

Lee : peut-être ouais...

[***]


Léna : on va voir maman ? Elle sera là tu crois ?

Mathis : moi j'espère ! Ca fait longtemps qu'on l'a pas vu ! Hein pas vrai Emma ?

Comme d'habitude, elle ne répondit rien. Mathis fit comme si de rien n'était.

Mathis : tu vas voir, tu vas retrouver ta langue après que t'aura vu maman.

Il lui fit un gros bisou, ce qui fit légèrement sourire Lee. Puis ils descendirent de la voiture. Le cœur de Lee se mit à battre si fort qu'il cru avoir un début de crise cardiaque. Il espérait de tout cœur qu'elle n'était pas là. Qu'il ne la verrai pas.

Lee : Emma ? Qu'est-ce que tu fais ? Tu viens ?

Elle ne descendait pas de la voiture.

Léna : elle croit que maman est pas là.

Lee : comment tu sais ça toi ?

Léna : bah c'est fastoche !

Lee : peu importe, viens tu vas voir. Elle va venir maman.

Elle se décida à sortir sans un regard pour Lee. Comme d'habitude. Il soupira, il espérait vraiment que Mélanie serait capable de lui rendre la parole... Ils étaient tous devant la porte.

Mathis : pourquoi tu sonne pas ?

Lee : euh bah...

Il sonna.

Mélanie's mum : Mélanie ? Va ouvrir tu veux ? Je ne peux pas quitter la cuisine !

Mélanie : nan maman, tu sais que...

Mélanie's mum : mais de quoi tu as peur ? C'est peut-être le facteur ! J'attend un recommandé !

Elle se dirigea à contre cœur vers la porte et l'ouvrit. Quand elle vit Lee avec les enfants elle crut d'abord rêver.

Mélanie : *tout bas* tu parle d'un recommandé...

Elle était comme paralysée... Puis ses enfants lui sautèrent dessus. Tous, sans exception.

Lee : bon je... Je passe les récupérer demain midi avant manger.

Puis la mère de Mélanie arriva.

Mélanie's mum : doux Jésus !

Elle avait placé une main devant sa bouche.

Mélanie's mum : et bien Lee, qu'est-ce que tu attends ? Entre enfin !

Lee : oh non mais je dois y aller de toute façon.

Mélanie's mum : pas de ça avec moi. De toute façon mon mari ne vient pas mangé et j'en ai assez pour tout un régiment.

Mélanie avait envie d'étrangler sa mère mais elle crevait d'envie de Lee accepte. La mère de Mélanie était persuader sans vraiment l'affirmer que leur divorce n'avait été qu'une façon de stoppé leur amour passionnel. Qu'ensuite pourrait s'installer un amour paisible et serin. Même si cet amour mettait du temps à se mettre en place, elle savait qu'il finirait par arriver.

Lee : non mais je ne veux pas vous dérangez. Je pense pas être le bienvenu ici alors...

Emma : s'il te plait.

Et là, les regards de Lee, Mathis et Léna s'abattirent sur Emma.

Lee : répète ?

Emma : reste avec nous, s'il te plait.

Lee : bah ça ! Je reste seulement si tu accepte de manger et parler comme tout le monde !

Les yeux de Mélanie se portèrent doucement sur Lee.

Mélanie : quoi ?

Mathis : bah tu sais, depuis qu'on te voyait plus, Emma elle parlait plus. A l'école ils disaient qu'elle avait donné sa langue au chat ! Et même qu'elle mangeait que des gâteaux !

Léna : et la nuit elle faisait que jouer à la poupée !

Mélanie : hein ?

Puis Mélanie regarda mieux sa fille, elle avait effectivement perdu du poids et semblait un peu moins pétillante qu'avant.

Mélanie's mum : les enfants, venez, on va à table.

Il firent un dernier câlin à leur mère avant de courir comme des fusées dans le salon. Comme avant.

Lee : on va dire que le fait de ne plus te voir l'a beaucoup affecté.

Mélanie : oh... A ce point ?

Lee : ouais, drôle de façon de me le faire payer mais ça marche.

Elle ne répondit rien et se poussa de l'entré pour lui faire comprendre de rentrer ce qu'il fit sans trop la faire attendre, elle referma la porte.

Lee : dit, hier je...

Mélanie : laisse tombé. C'est rien, j'aurai jamais du sortir.

Ils se dirigèrent vers le salon puis prirent place autour de la table.

Léna : maman, pourquoi t'as coupé tes cheveux ? Et pis c'est plus pareil ta couleur !

Mélanie : je... c'était pour changé un peu.

Mathis: bah t'es toujours belle !

Elle se contenta de sourire. Puis ils mangèrent tous. Les enfants racontaient tout ce qu'ils pouvaient à Mélanie, qui avait raté tans de chose.

Mathis: mamie ? On peut aller jouer là haut ?

Mélanie's mum : bien sur. Venez, je vais vous montrez quelque chose !

Puis ils montrèrent tous les quatre à l'étage laissant Lee et Mélanie, seul. Machinalement, elle se leva et commença à débarrasser la table. Il voudrait lui dire tout ce qu'il a sur le cœur mais il ne sait ni par ou commencer ni comment s'y prendre.

Lee: je suis désolé de tout ce qui est arrivé.

Elle ne répondit pas, elle n'avait pas envie de savoir où cette conversation la mènerait. Alors il se leva et lui prit les assiettes qu'elle avait dans les mains.

Lee : Mélanie, il faut qu'on parle. Sérieusement.

Mélanie: et si j'ai pas envie ? Ecoute, on a plus rien en commun toi et moi, a part le passé. Tu m'as clairement fait comprendre qu'il n'y aurait plus de futur alors j'ai pas envie de m'encombrer l'esprit avec une conversation qui va nous menez nul part.

Lee: c'est sur que c'est pas comme ça que ça va s'arranger.

Mélanie: parce que t'as envie que sa s'arrange peut-être ? Lee, j'ai entendu tout ce que tu as dit sur moi durant le procès. Je n'ai pas envie que...

Lee: je ne le pensais pas. C'était pour me... venger.

Mélanie: je pense que t'as plutôt bien réussi. Bravo.

Lee: je regrette.

Mélanie : tans pis.

Elle a repris sa pile d'assiette et est partie dans la cuisine. Elle a commencer à faire la vaisselle, elle tremblait tellement qu'elle en cassa un verre.

Mélanie: fais chier.

Lee ne tarda pas à arriver.

Lee: ça va ?

Mélanie: *soupire* nan.

Elle pissait le sang. Il lui prit la main et l'enroula rapidement dans un torchon. Il allait lui dire quelque chose mais il se stoppa. Ils se regardaient dans les yeux. Les mots sont toujours inutiles dans ce genre de moment. Ils étaient si proche que leurs souffles se mêlaient. Plus rien n'exisait autour d'eux, plus rien ne comptait, ils se fichaient de tout... Ils étaient juste là, à attendre que l'un d'eux face le premier pas.

Mélanie's mum : Mélanie ? Tu peux venir voir s'il te plait ?

Elle reprit ses esprits, la douleur qu'elle éprouvait pour sa coupure revint subitement, comme si elle s'était coupé une seconde fois et Lee eu un mouvement de recul. Elle fini par sortir tête baissé de la cuisine...

_____________________

Voilà une suite !
Désolée du retard mais avec les cours^^
Biz0ux <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Love2lui

avatar

Nombre de messages : 277
Age : 25
Localisation : Prés de Marseiille
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Dim 14 Oct - 19:22

hey hey hey new lectrice
juste deux mots a te dire :
JAAAAADOOOOOOOOOOOORE !!!!!!!
Ah oui encore 4 mots : JE VEUX LA SUITE !!
dis donc sa en fé d mots ^^

Allééé biiiiizouxxxx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Soiis-toii-et-tes-belle.skyblog.com
misslee02

avatar

Nombre de messages : 141
Age : 29
Localisation : vers lyon
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Lun 15 Oct - 18:40

Lee: je regrette.

Mélanie : tans pis.

>>>> bien balancé ! Evil or Very Mad
ta de koi regretter Lee! Twisted Evil
la suite j'adore Razz Very Happy tropppppppppppppppppppppppppppppppppppp cheers bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noiram38.skyblog.com
Love2lui

avatar

Nombre de messages : 277
Age : 25
Localisation : Prés de Marseiille
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Mer 17 Oct - 23:59

Laaa suiiiiiteuuuuuuhhh Pleaseuuuuuhhh !!

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Soiis-toii-et-tes-belle.skyblog.com
Ch0upy



Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Sam 20 Oct - 12:04

Bienvenue à ma nouvelle lectrice ! Ahah, merci en tout cas^^


Chapitre 9

Mélanie avait rejoint sa mère à l'étage.

Mélanie : qu'est-ce qu'il se passe ?

Mélanie's mum : rien. Je voulais t'éviter une conversation gênante avec Lee.

Elle lui sourit. Mélanie ne pouvait pas lui en vouloir, ça partait d'une bonne volonté... Mais quelques secondes plus tard... Juste quelques secondes. Elle préféra ne plus y penser. Lee monta à son tour.

Lee : je dois y aller. Merci pour le repas. Je reviendrai demain vers midi.

Emma : et pourquoi tu restes pas ?

Léna : ooh oui ! On pourrait dormir tous ensemble ! Comme avant.

Cette petite phrase anodine mit un blanc monumentale. Personne ne sut quoi répondre, sur le coup.

Mélanie : non, c'est fini ce temps. On...

Elle posa ses yeux sur Lee, pour qu'il l'aide. Elle ne s'attendait certainement pas à une réponse si... glaciale.

Lee : on est plus amoureux.

Mélanie sentit ses entrailles se retourner, elle fit tout ce qu'elle pouvait pour ne pas pleurer. Elle réussit à se contenir. Mais Lee la connaissait par cœur... Il savait que la phrase qu'il avait prononcer l'avait détruite, il s'en voulait. Et rien que le fait de la prononcer, de la rendre si réelle l'avait, lui aussi, mis mal à l'aise.

Mathis : oh mais pourquoi ?

Mélanie : c'est comme ça...

Emma : mais tu sais, les parents de ma copine ils s'aiment toujours !

Léna : t'étais en colère parce que maman c'était aussi l'amoureuse de Duncan ?

Lee : oui, voilà. Moi je voulais votre maman pour moi tout seul, mais elle voulait aussi Duncan, alors on s'est fâché très fort et maintenant, on s'aime plus.

Mélanie encaissait, comme si elle était vide de tout sentiment. Elle ne disait rien, elle n'avait rien à dire.

Mathis : alors c'est de la faute à maman si vous vous aimez plus ?

Lee : nan, c'est aussi la mienne. Parce que j'étais jamais à la maison.

Emma : oui mais maintenant, t'es toujours là ! Et maman elle aime plus Duncan, hein ?

Et Lee avait juste approuver d'un signe de tête ce que venait de dire sa fille.

Emma : alors maintenant vous pouvez être amoureux pareil ? Hein maman ? Tu l'aimes toujours pareil papa ? Hein ?

La situation devenait plutôt gênante et Mélanie ne tiendrait plus longtemps. Sa mère l'avait remarqué, Lee aussi.

Lee : bon je dois y aller. Vous me faite un bisou ?

Et comme si la conversation n'avait jamais eu lieu, les enfants se précipitèrent sur leur père en le couvrant de baiser. Mélanie ne bougeait pas, elle savait qu'un mouvement, un seul, lui ferait perdre tout contrôle.

Lee : a demain.

Elle souffla un très léger "oui" et Lee fut reconduit à la porte d'entrée par la mère de Mélanie. Quand les enfants retournèrent à leur jeu, elle se précipita dans sa chambre, s'étalant de tout son long sur le lit et pleurant toutes les larmes de son corps. Lee allait quitté la maison mais s'arrêta sur le seuil de la porte...

Lee : elle... ca va aller ?

Mélanie's mum : je ne sais pas trop.

Un silence de quelques secondes s'installa.

Lee : elle a maigri.

La mère de Mélanie esquissa un triste sourire.

Mélanie's mum : elle n'avait plus le goût de rien. Tu l'as privé de tout Lee.

Il le savait, et il le regrettait.

Mélanie's mum : elle allait mieux depuis quelque temps, elle se forçait à croire que tout irai bien. Elle avait même décidé de sortir. Mais quand je l'ai vu rentrer hier. Quand j'ai vu son anéantissement, j'ai su qu'elle n'était pas prête à tirer un trait sur son passé. Sur toi, sur l'amour qu'elle te porte. Sur vos enfants, j'espère que tu te rend compte que tu l'a détruite, complètement détruite en la privant de toi, mais aussi de vos enfants, que tu as été ignoble avec elle.

Il ne répondit rien, il savait.

Mélanie's mum : je sais que Duncan est ton meilleur ami et qu'imaginer qu'il est eu une aventure avec elle, c'est pas facile, c'est même pas pardonnable. Mais tu as réussi à oublier pour garder Duncan près de toi... Est-ce que c'est juste ? Je ne te juge pas, loin de là. Je sais juste que t'es encore fou d'elle, je le lis dans tes yeux. Mais il faut juste que toi, tu le remarques.

Il avait écouté, attentivement. Jamais il n'avait eu une conversation si sérieuse avec sa belle mère. Il n'en revenait d'ailleurs pas.

Mélanie's mum : à demain Lee.

Il hocha la tête et elle referma doucement la porte.

____________

Voila ! Désolée du retard mais avec la fac là u_u Lol
J'espère que ça vous plait^^
Biz0uuux <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Love2lui

avatar

Nombre de messages : 277
Age : 25
Localisation : Prés de Marseiille
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Sam 20 Oct - 19:21

rooooooooo j'adore j'adore j'adore !!!
Ze veuxxx la suiiiiteuhhh pleaseuuuuuh !!
C'est trop bien et trop émouvant !!
Aller Lee réagis merde tu vois pas qu'elle souffre et qu'elle t'aime
et que toi aussi tu l'aimeuhhh
Celui là alors faut tout lui dire c'est pas vrai !!

Bon aller miss j'aimes trop je réclame la suite NOW sinan pan pan cucu (à non c'est moi ça ! Oula mon côté sado-mazzo remonte désolé ^^)

Kiiiiiiiiissss et...

LA SUITE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Soiis-toii-et-tes-belle.skyblog.com
Ch0upy



Nombre de messages : 26
Age : 27
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   Ven 26 Oct - 18:46

Chapitre 10

Lee revient le lendemain pile à l'heure à laquelle il l'avait indiquer. Les enfants étaient près. Ils avaient déjà dit au revoir à leur mère qui était retournée se coucher. Elle reverrait très bientôt ses enfants, elle le savait. Mais Lee, elle ne pourrait plus le voir. Elle n'en aurait pas la force, ni même le courage. Alors quand il entra, il récupéra les enfants, il fit comme si de rien n'était mais ce fut plus fort que lui, il la chercha des yeux.

Mélanie's mum : elle ne viendra pas.

Lee : oh je...

Mélanie's mum : tu la cherchais.

Il a soupiré.

Lee : je sais... Je viens de m'en rendre compte. Pourquoi elle ne viendrai pas ? Hein ? J'ai quelques petits trucs à lui dire.

Mélanie's mum : il y avait ça sur sa table de chevet ce matin. Elle n'a pas dormi de la nuit.

Elle lui tendit une feuille. Il la reconnu rien qu'à l'entête. Papiers officiels du divorce. Elle avait surligné quelques lignes. Lee les lu rapidement. Elles parlaient du fait qu'elle ne devait approcher, ni lui, ni les enfants, sous peine de forte amende. Elle avait aussi entouré la pension alimentaire qu'elle devait verser pour ses enfants et l'indemnisation qu'elle avait du verser à Lee. Enfin... qu'elle n'avait toujours pas fini de verser.

Lee : écoutez, c'est du passé, les enfants je les amène ici dès qu'elle le souhaite et...

Mélanie's mum : stop. Je ne serais pas votre intermédiaire.

Lee : mais elle ne veut plus me voir !

Mélanie's mum : mets toi à ça place ! C'est pas facile !

Lee : et j'ai pas besoin de pension ! Je vois pas pourquoi elle m'en verse !

Mélanie's mum : parce qu'on lui a demander !

Lee : c'est idiot ! J'ai de l'argent ! J'ai pas besoin du sien.

Mélanie's mum : du sien ? *elle a faiblement sourit* Lee. Tu lui as tout pris. Tout.

Lee : mais... non. Elle en avait sur un compte que je...

Mélanie's mum : ton avocat l'a fait fermer sous TA demande. Elle est incapable de s'assumer toute seule depuis 1 an ! Tu trouves ça normal toi ? A son âge ?

Il a fortement soupiré.

Lee : bon, c'est pas la peine d'en rajouter. C'est clair ? J'y peux rien si vous m'avez jamais portez dans votre cœur !

Mélanie's mum : tu n'es qu'un égoïste Lee ! Tu n'es rien qu'une star qui se la raconte. Voilà tout. Te fiche du reste du monde, c'est quelque chose. Mais de tes enfants... Là c'est grave.

Lee : je me m'occupe bien mieux d'eux maintenant !

Mélanie's mum : et à quel prix ?

C'est là qu'il comprit. Comment aurait-il fait, lui, s'il avait été privé de sa mère ?

Lee : les enfants on y va !

Emma : je veux resté avec maman !

Lee : on reviendra la voir bientôt. C'est promis.

Emma : t'es un menteur !

Lee : non, je suis pas un menteur. On reviendra le week-end prochain !! Ca vous va !?!

Il avait presque hurlé. Ils acquiescèrent tous sans un mot.

Lee : parfait. Alors on y va.

Ils ont tous les 3 suivi leur père. Après avoir attaché ses enfants, il monta à l'avant. Il était tellement en colère contre lui. Il se haïssait. Comment pouvait-il être si odieux avec la femme qu'il aimait. Parce que oui, il venait de s'en rendre compte. Il l'aimait encore.

[***]


Ils revinrent tous les 4 le vendredi soir suivant. La tension entre Lee et sa belle mère était quelque peu retombé. Il ne put s'empêcher de chercher Mélanie des yeux. Une seconde fois.

Mélanie's mum : elle travaille.

Lee : où ça ?

Mélanie's mum : dans un café. Là où elle travaillait avant. Son patron a accepté de la reprendre.

Lee serra les poings. Il détestait la savoir là-bas. Son patron était si pervers... Il était du genre à vous collez une main au cul dès que vous passiez devant lui, mais attention, vous avez seulement le droit de sourire. C'est le patron après tout.

Lee : pourquoi elle y est retournée ?

Mélanie's mum : elle n'a plus le choix. Elle a besoin d'argent, nous aussi.

Lee : elle sait que je déteste qu'elle soit là-bas.

Mélanie's mum : et alors, ça change quoi aujourd'hui ?

Lee soupira.

Mélanie's mum : quoi ?

Lee : il n'y avait pas d'autre boulot peut-être ?!

Mélanie's mum : pas pour être prise si rapidement non. Je crois que son patron l'aimait bien.

Lee ferma lentement les yeux. Il ne voulait pas s'énerver. Pas ce soir. Pas encore.

Léna : elle arrive bientôt ?

Mélanie's mum : oui, allez jouer. Elle a prit sa soirée. Ne vous inquiétez pas !

Ils ont enlevez leur manteau et sont monté directement à l'étage pour jouer dans leur chambre.

Lee : je vais attendre ici.

Mélanie's mum : elle ne veut plus te voir Lee.

Lee : je m'en fou.

Mélanie's mum : tiens... Qu'est-ce qu'il se passe ? Ca te dérange qu'elle travail ?

Lee : chez l'autre pervers. Oui, ça me dérange.

Mélanie's mum : l'autre pervers ?

Lee : oui.

Il était en colère. Ou pire que ça, il était jaloux. Il ne voulait que personne d'autre la touche. Surtout pas lui. Il eu alors une salle image en tête. Il ne tenu pas plus longtemps.

Lee : je vais la chercher.

Mélanie's mum : à non hein !! Pas de...

Il sortit en claquant la porte.

Mélanie's mum : scène de jalousie... *soupire* Et dire qu'ils sont divorcés ceux-là -__-

Il roulait à vive allure lorsque son portable sonna. Il ralentit un peu et décrocha.

Duncan : mais qu'est-ce que tu fou ?

Lee : oh... Merde, je... J'ai oublié !

Duncan : oublié ? *rire* Ca fait un an que tu viens chez moi tous les vendredi soirs, sans exception. Ne me dit pas que tu as oublié...

Lee : je devais amener les enfants chez la mère de Mélanie.

Duncan : je sais.

Lee : ça a été un peu plus long que prévu.

Duncan : et alors ? Tu vas venir ?

Lee : oui... Enfin j'en sais rien.

Duncan : où est-ce que t'es ?

Lee : je... Je vais chercher Mélanie.

Duncan : quoi ?

Lee : elle a retrouvé son travail chez son ancien patron.

Cette phrase avait suffit. Duncan comprenait.

Duncan : et alors ? Elle fait ce qu'elle veut.

Lee : je sais. Mais lui aussi et ça... Ca me déplait !

Duncan : je crois que je te comprendrais jamais. Tu l'aimes plus il me semble.

Lee : tu m'as déjà entendu dire un truc pareil ? Prend pas tes désirs pour des réalités Duncan. Je sais très bien que t'essaye toujours de la joindre.

Duncan aurait voulu se défendre mais Lee avait déjà raccroché... Il cherchait désespérément une place...

Mélanie avait été étonné du changement radical du comportement de son patron, depuis qu'elle avait repris son travail, il n'avait eu aucun geste déplacé. Mais elle ne savait pas... Elle ne savait pas encore... Ce soir, elle n'avait pas pris sa soirée. En fait, le café fermait un peu plus tôt. Il n'y avait pas eu de motif particulier et personne n'avait vraiment posé la question. Mélanie était dans les vestiaires avec une de ses collègues.

Collègue : en tout cas, on est bien content de t'avoir ici ! Le travail est bien mieux réparti !

Mélanie : merci ^^

Collègue : bon et a demain !

Mélanie : non, je reviens lundi !

Collègue : très bien ! A lundi alors !

Elles se sont fait la bise et sa collègue est partie. La laissant, seule, dans les vestiaires. Elle enfila rapidement ses vêtements laissant sa tenue de travail dans son casier, lorsqu'elle referma la porte de celui-ci, elle vit apparaître son patron ce qui la fit sursauter.

Mélanie : vous m'avez fait peur.

Il murmura un "t'as pas encore vu la suite" qu'elle préféra ignorer.

Mélanie : à lundi.

Elle se dirigea vers la porte mais il se mit en travers de son chemin.

Patron : alors comme ça, tu as divorcé ? J'ai lu dans la presse il y a un bout de temps...

Elle commençait à avoir peur. La voix qu'il avait prise ne présageait rien de bon.

Mélanie : oui.

Patron : et pour quel motif ? Il était trop... JALOUX !??

Elle sursauta encore. Bon sang, mais qu'est-ce qu'il lui voulait à la fin ?

Mélanie : non... euh. Pourquoi ?

Patron : comme ça... Juste comme ça. J'ai eu un accrochage avec lui, l'année dernière. C'est pour ça que j'ai du te virer. Il m'a mis la pression...

Mélanie : je... Je ne savais pas.

Patron : mon cul ouais... J'imagine ce que tu as dû lui raconter pour qu'il vienne me menacer de ne plus t'approcher.

Mélanie : mais rien... J'ai rien...

Il l'a plaqué contre un des casiers. Et lui a lentement léché le cou.

Patron : et ça, tu vas aller lui raconter ?

Cette fois-ci, elle avait peur. Très peur, son cœur battait à vive allure. Elle voulu le repoussé mais d'une seule main, il lui bloqua ses deux poignets au dessus de sa tête.

Mélanie : mais ça va pas ou quoi ? Laisse moi tranquille !

Patron : pourquoi ? T'aime pas ça ?

Elle voulu de débattre mais vous pensez bien que ce n'était elle, la petite maigrichonne qui allait pouvoir faire quelque chose. Alors il l'embrassa, elle s'était mise à pleurer. Quand elle sentit sa langue dans ses bouche, elle le mordit tout se qu'elle pouvait et enchaîna avec un coup de genou dans le ventre, surpris il lâcha prise. Elle couru le plus vite possible vers la porte mais il l'avait déjà rattrapé par le bras, elle s'était mise à hurler. Il l'avait violemment poussé sur le sol, elle était tombée de tout son poids s'assomment carrément sur une chaise qui se trouvait là. Elle s'était ouvert la tête et à ses larmes de peur, s'ajoutait celles de douleur. Elle avait tenté de se relevé mais il l'avait plaqué au sol commençant à lui arracher son t-shirt. Elle pleurait et criait tout se qu'elle pouvait mais c'était peine perdue... Elle le sentait la touché, elle ne le supportait plus... Elle se débattais du mieux qu'elle pouvait jusqu'à ce qu'il lui place un couteau sous la gorge.

Patron : je ne voulais pas en arriver là. Ne m'oblige pas à te faire des cicatrices. Ce serait dommage d'abîmer un si joli visage...

Il a rit.

Patron : et tu pense qu'il dirai quoi ton cher Lee quand il lira les faits divers lundi ? Hein ? Quand il verra que son ex femme s'est sauvagement fait éventré ?

Lee : il n'aura pas à lire les faits divers ! Connard !

Lee avait attrapé la chaise sur laquelle s'était cogné Mélanie quelques minutes auparavant et avait tapé le plus fort possible sur le patron de Mélanie. Il s'était immédiatement effondré sur elle.

Mélanie : pousse-le ! Allez, enlève-le !

Lee ne se fit pas plus prier, à peine avait-il dégager Mélanie qu'elle lui sauta dans les bras pleurant toujours un peu plus. Il passa son manteau autour d'elle.

Lee : ça va aller, t'inquiète pas. Je suis là.

Il lui caressait doucement les cheveux.

Lee : c'est fini. Personne ne te fera plus jamais de mal, t'entend ? Personne.

Il la serrait le plus fort qu'il pouvait, elle n'arrivait pas à se calmer, elle avait eu tellement peur.

- Police ! Y'a quelqu'un ?

Ils entrèrent dans les vestiaires.

Police : quelqu'un nous a signaler qu'il y avait eu effraction dans le café !

Lee : euh oui, j'ai été obligé de cassé la porte quand j'ai entendu ma femme hurler.

Lee se surprit à sourire lorsqu'il se rendit compte qu'il avait dis que Mélanie était sa femme, que c'était sorti tout seul. Mélanie n'avait rien remarqué, elle ne remarquait plus rien de toute façon. La police leur posa tout un tas de question avant que les pompiers ne puissent emmener Mélanie à l'hôpital. Elle avait quelque peu reprit ses esprits mais n'avait cependant pas quitté les bras de Lee. Il avait même du la suivre dans la salle où elle s'était faite recoudre le front. Quand tout était rentré en ordre, Lee appela un taxi, Mélanie avait quelque peu reprit ses esprits mais elle ne parlait pas beaucoup. Tans pis pour sa voiture, il irait la cherché avec Duncan. Plus tard. Il demanda au chauffeur de prendre le chemin de sa maison et appela la mère de Mélanie lui expliquant rapidement ce qu'il s'était passé. Mélanie n'aurait pas la force de tenir une conversation avec ses enfants ce soir. Sa mère l'approuva et il raccrocha. Quand il arrivèrent, Mélanie s'était assoupie. Lee la porta jusque dans leur lit. Puis il allat directement dans la salle d'eau et fit coulé un bain. Quand tout fut près il retourna dans la chambre et amena Mélanie jusqu'à la salle de bain. Il avait toujours eu du mal à la réveiller mais là, elle devait se laver de tout ça. Elle avait doucement ouvert les yeux et il l'avait alors laisser se mettre debout.

Mélanie : mais qu'est-ce que tu fais ?

Il avait commencer à lui enlever son t-shirt. Il a doucement sourit avant de l'embrasser.

Lee : je rattrape le temps perdu pourquoi ?

FIN

__________________

Et voilaaaa ! J'espère que ça vous a plu^^
Biz0ux <3
Et dites moi si vous en voulez d'autres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SOS Famille en détresse --> Fin   

Revenir en haut Aller en bas
 
SOS Famille en détresse --> Fin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» famille Lacaille et Bob brozman en juin à Paris???
» Tresse à dessouder
» Noms de famille insolites
» Photo de famille à Europa-park
» La famille Ramassetout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Blue :: ~¤~ Général ~¤~ :: Fan'fic-
Sauter vers: